Santiago et nos belles rencontres

L’avantage de passer la nuit dans le bus c’est qu’on parcourt de grandes distances sans s’en apercevoir. On est parti à 21h30 de Puerto Varas et 12h plus tard (soit 1000km), les rideaux s’ouvrent, on nous apporte un petit déjeuner. Le réveil est difficile, on aurait bien dormi un peu plus mais nous sommes arrivés à destination : Santiago.

Nous sommes mercredi 11 juin, nous voilà dans la capitale avec nos gros sacs et une adresse à la main, celle de notre hôte qui nous attend. Ça fait 3 semaines que nous n’avons pas eu de couchsurfing. Andrés a 37 ans et vit seul dans un appartement situé dans un quartier calme. C’est un  voyageur depuis qu’il est majeur, il connaît bien l’Europe et l’Amérique latine. Un garçon intéressant et sympa avec qui on va partager de bons moments. On est installé dans son salon, la pièce principale et il nous laisse faire comme chez nous.

On décide de partir se balader dans la ville. Sur le plan, il y a pas mal de parcs, on a du mal à les trouver parce qu’en fait même quand on est dedans on ne s’en rend pas compte ! Ce n’est pas des coins de nature tranquille, seulement un peu d’herbe, des chemins goudronnés et parfois carrément un parking au milieu ou une grande avenue. On visite un peu le quartier “Brasil” santiago graphitisavec quelques rues aux maisons colorées et beaucoup de graphitis, parfois flippants. On commande deux chocolats chauds dans un bar. On demande toujours des “chocolate caliente” mais on ne nous apporte jamais la même chose. C’est la surprise. Parfois on a du chocolat chaud comme en France, d’autres fois on a du lait chaud avec du chocolat en tablette qui fond dedans et ici on nous apporte du chocolat fondu, comme la pâte d’un gâteau au chocolat pas cuite. Très bon, si on aime le chocolat !

Au retour, on reprend le métro mais cette fois aux heures de pointes… Très mauvaise idée ! On se retrouve dans la foule, un métro toutes les 3 minutes, impossible de monter alors qu’on est devant les portes, on se fait bousculer, les gens sont fous. Au bout de 3 métros loupés, on comprend qu’il n’y a que par la force qu’on y arrivera. Les portes ne s’ouvrent que quelques secondes, Kévin arrive à monter, je commence à crier de peur qu’on soit séparé, Kévin me tire à travers la foule et nous voilà comprimés dans le métro. Toute cette énergie pour se rendre compte qu’on n’est pas dans le bon ! Il y a un système de couleur et celui dans lequel on se trouve ne s’arrête pas à l’arrêt qu’on veut. On descend à celui d’après, on ne tente pas d’en reprendre un dans l’autre sens et on préfère marcher pendant 45 minutes pour rentrer à l’appartement.

Jeudi 12 juin 2014, la météo nous avait annoncé du beau temps mais il pleut, beaucoup. On change nos plans, on reste au chaud avec Andrés à papoter et on regarde l’ouverture de la coupe du monde de football (qui l’aurait cru !). Au milieu de l’après midi, le temps s’arrange un peu, on décide d’aller se balader autour de la “plaza de armas” -la seule que le guide de Puerto Varas nous avait déconseillée-. Un très joli quartier, Santiago est une ville vivante et agréable. On se fait aborder par un groupe de 4 lycéennes qui font un exposé pour leur cours d’anglais. On accepte d’y participer et on se retrouve à être filmé pendant qu’elles nous posent des questions en anglais. Sauf qu’on est habitué à parler espagnol… Du coup je comprends les questions mais je leur réponds spontanément en espagnol. Tant pis, j’espère qu’on les aura aidées. Elles avaient l’air contentes. On continue à flâner dans les rues et un chocolat chaud et une part de gâteau plus tard, on décide de rentrer.

On achète quelques pâtisseries pour Andrés et nous. Il avait fait de même. Du coup on se fait un énorme goûter avec café et thé, à 20h. Andrés ouvre ensuite une bouteille de vin et du fromage. Je n’aime pas et leur laisse vider tout ça à deux. Pendant ce temps, Andrés nous parle de ses voyages, nous montre des photos et vidéos (il fait de magnifiques photos, il a même travaillé un certain temps en tant que photographe). Et bien les paysages qui nous attendent au nord du Chili et en Bolivie semblent merveilleux…

santiago vueVendredi 13, grand soleil. Ça ne porte donc pas malheur et d’ailleurs ici, ce sont les mardis 13 qui portent malheur !
Andrés nous accompagne à la “cerro San Cristóbal”, une colline qui surplombe la ville. On prend un funiculaire pour s’y rendre. La vue est très belle. Santiago est entourée de grandes montagnes enneigées, magnifique. Un décors qui semble irréel autour de la ville qui s’étend sous nos pieds.

On rentre à l’appartement vers 17h pour ne pas louper la match de football. Ça en étonne sûrement certains vu qu’on ne s’intéresse pas au foot mais l’enthousiasme de toute la ville qui se prépare au match de ce soir est contagieuse. Le Chili joue contre l’Australie. Une amie d’Andrés nous rejoint, Teresa, 26 ans, professeur de religions et philosophie. On encourage l’équipe du Chili qui gagne finalement 3-1, un beau match. On fait connaissance avec Teresa, très gentille. Ça fait du bien d’avoir des conversations en espagnol et de bien comprendre. On finit même par avoir du mal avec certains mots français, par penser en espagnol et à franciser les mots. Quand on rencontre des gens plus âgés qui parlent vite, de choses qui ne nous intéressent pas trop et qui ne vérifient pas si on comprend, ce n’est pas top. Là on se sent entre amis.
Pendant qu’on mange, à la radio, on entend Vanessa Paradis chanter Joe le Taxi… Ils ne se rendent pas compte que les paroles sont stupides vu qu’ils ne les comprennent pas. Ça nous fait rire. Une bonne soirée s’achève. Le lendemain, c’est le moment de partir.

Ça nous a fait énormément plaisir de refaire du couchsurfing, rencontrer des gens, s’en faire des amis, partager, rigoler et avoir la gorge serrée au moment de se dire au revoir.
Nous voilà dans un bus direction Viña del Mar où nous attend un autre garçon, une nouvelle rencontre, un futur ami ?

One thought on “Santiago et nos belles rencontres

  1. Extra comme DAB…..vite vite la suite……2 mois et demi que vous vadrouillez …ouffff la moitié de faite….mais que d amis et de paysages.. que de petites cases toutes pleines de souvenirs…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.