Anecdotes et bilan du Maroc

Tout ce que je n’ai pas pu placer ailleurs pour éviter d’alourdir les articles est ici !

Ça ajoute des éléments et sensations expliquant parfois mieux mon ressenti, et ce que j’ai pu vivre. Y’a des trucs amusants, et d’autres pas amusants du tout, bref, chacun fait son tri !

  • En tant qu’étranger, on est la cible des commerçants dans certaines villes (pas forcément les grandes, Chefchaouen en est l’exemple) où j’ai eu la sensation qu’une personne sur trois voulait m’arnaquer.
  • L’attitude commerciale : même le petit Assat (9 ans environ) au Ryad où je devais séjourner initialement à Fès. “Non mais tu ne comprend pas, je t’explique, voilà ce qu’il faut faire ici”, il voulait m’imposer que faire, et de prendre un guide qu’ils fournissaient ici.
  • Le whisky berbère : ce breuvage délicieux et entendu par plusieurs personne n’est autre que du Thé jaune (genre Lipton) additionné de sucre et de feuilles de menthe (dans la tasse ou la teillère)
  • Le chaos de la circulation, une orchestration majestueuse des klaxonnes, une imbrications fonctionnelles des voitures pourtant dans tous les sens.
  • Les ceintures de sécurité c’est pour les tapettes ! Je n’ai vu que la coréenne dans le bus de nuit pour Fès la mettre (vu la conduite du chauffeur c’était compréhensible), sinon jamais personne dans les bus, taxi, ou voitures personnelles. En montant dans le dernier taxi pour me rendre à l’aéroport, réflexe : je mets ma ceinture. Le chauffeur me lance : “Oh vous savez c’est pas obligatoire ici”.
  • Porter un casque sur un 2 roues c’est pour les gamines ! Et encore, même les gamines n’en avaient pas sur les 2 roues, alors vous pensez bien qu’ouvrir un magasin de combis moto au Maroc c’est un coup à faire faillite.
  • Je me rappelle en Égypte avoir pris une photo avec 7 personnes sur une mobylette : les parents et 5 enfants. Au Maroc j’ai vu jusqu’à 4 personnes, déjà pas mal, non ?
  • Une photo des prix du gasoil et du sans plomb (divisez par 10 pour avoir le prix en euros)

meknes IMG_20170531_222959

  • Les longues lignes droites sans une bande d’arrêt d’urgence, bossues, avec nids de poules, et parfois tout ça cumulé. Ce n’est pas rare, je dirais même, c’était fréquent sur les routes que j’ai empruntées.
  • Ahmid, le taxi Marocain loué à Meknès. En route vers Volubilis, il me lance d’un coup, hors sujet : “Hey la fille qui marche là, on la prend ?”. Bref, pris au dépourvu, la fille ne faisant pas de stop et ne se retournant même pas à la seule voiture en approche, je lui dis “ben, non ? Je sais pas ?”. Il essaiera de me faire culpabiliser de ne pas l’avoir prise en me disant que je ne fais que le louer, c’est pas lui qui prend ces décisions, c’est moi le chef.
  • Dans le bus de nuit pour Chefchaouen, vers les 2 h du matin je décide d’écouter un peu de musique, je branche les écouteurs, pas certains si je mets bien l’écouteur droit dans mon oreille droite, je lance le son et effectivement le son est bizarre, je retire un écouteur pour les inverser et… J’entends toujours le son, et tout le bus également. Je panique, je ne sais plus comment couper mon son. Bref, mes écouteurs étaient mals branchés.
  • A Meknès je suis allé 3 fois au Mac Donald ! (Et peut être aussi 3 fois à Marrakesh). Raison principale : seul restaurant où je pouvais avoir un truc pas cher et payer avec la CB. Le classique menu Best of Big Mac ou Mac Chicken : 49 dh, soit moins de 5€.
  • Tanger est la seule ville où j’ai trouvé des amas de personnes noirs, culture qui paraît pas mal représentée dans cette ville. Je suis tombé notamment sur un restaurant nommé “Restaurant Africain” rempli de black. Une explication fournie par Yassir (couchsurfing à Marrakesh) serait qu’il y a une grosse communauté noire en rapport avec la migration en Europe.

Bilan

J’ai aimé le Maroc ! Le fait d’y être pendant la période de Ramadan a ajouté une complexité à ce séjour, mais cela n’a été que plus intéressant. J’ai été énormément frustré par la perte de mes repères, mais ces 2 semaines furent enrichissantes culturellement et humainement.

En détaillant, et sous forme de points :

Ce que je n’ai pas aimé :
– me faire agresser moralement, être sur le qui-vive
– la mauvaise foi
– les tarifs à la tête du client
– l’absence de points d’informations à l’arrivée dans une ville (gare, bus, aéroport)
– les conduites à risques (bus, taxi, 2 roues, bref, tout le monde)
– ne pas trouver des auberges / des prix bas en dehors des médinas
– la complexité de certaines médinas, lié à l’absence d’indications pour se repérer et s’orienter
– les couchsurfeurs qui invitent par intérêt commercial (pour vendre des cours de surf, des expéditions …)
– l’influence et le détournement de la religion sur (et par) les institutions

Ce que j’ai aimé :
– la communication : pouvoir parler français anglais et espagnol
– pouvoir aborder la religion facilement
– manger très bien, local et pour pas cher
– les décomptes sur les feux tricolores
– les médinas et leur côté humain
– les souks et les marchés des médinas
– la sensation d’être moins encadré par des règles que dans d’autre pays
– la facilité de contact avec les Marocains
– le désert d’Hassi Labied (dont y voir un fennec !) et son ciel étoilé
– les belles rencontres

Une pensée à ceux qui ont participé à ce beau séjour au Maroc, Aaron le canadien, Lhoussin le berbère, Yassir le voyageur, Soumia la tarée, Batoul et sa sœur Khadija, Amin, Redouane de Thingir, José du terminal CTM, le tchèque les belges et l’instit’ française à Hassi Labied, et sûrement pleins d’autres que je n’ai que croisé brièvement.

Parmi les meilleurs instants du voyage, : passer la nuit dans le Sahara

Parmi les meilleurs instants du voyage, : passer la nuit dans le Sahara

On y retourne ?

À retourner au Maroc pendant minimum 2 semaines il y a 3 choses que je ferais :
– louer une voiture, car certaines régions comme Meknès, Chefchaouen sont beaucoup plus intéressantes (et certains site plus accessible) en voiture
– retourner dans le désert, voire y passer plusieurs jours (en évitant les mois de mai à septembre !)
– visiter les alentours de Chefchaouen, notamment en faisant des randonnées, il y a de quoi faire

Budget et Itinéraire final au Maroc

Je n’ai pas pu m’empêcher de calculer combien je dépensais, pas tant pour me limiter, mais plus pour le retour d’autres voyageurs, et pour savoir combien ce type de voyage pouvait coûter.

Quelques captures d’écrans assez explicites ; tout d’abord pour mon budget sur place et sa répartition :

Répartition détaillée

Répartition détaillée

Comparaison prévision / réellement dépensé :

maroc-budget résumé

J’ai légèrement dépassé mes précisions, ce qui s’explique facilement avec mes 24 dernières heures à Marrakech où j’ai éclaté mon budget journalier. Mais bon, c’était la dernière journée 🙂

Ensuite mon budget total incluant les préparatifs (achats divers, pharmacie…) et billets d’avion :

maroc-budget total

Et l’itinéraire final : Marrakesh – Hassi Labied – Fès – Meknès – Chefchaouen – Tanger – Marrakesh

Cet itinéraire a été créé à l’aide du site Le planificateur de voyages (c’est un super site fait par un super dév 😉

PS : Ce ne sont pas des Dirhams sur la photo de couverture, mais des Pesos Mexicains

 

Derniers instants à Marrakech

Cette première expérience de train-couchette fut particulière, l’aération de la cabine toujours à fond donne l’impression d’être dans un avion. Je mettrai des écouteurs pour m’endormir. Le lit est confortable, et on a la chance avec un jeune brésilien de n’être que 2 dans la cabine, contrairement aux autres remplies à leur maximum de 4.

Mon super lit dans le super train avec du super bruit

Mon super lit dans le super train avec du super bruit

Le train arrive à Marrakech avec un retard d’une petite vingtaine de minutes. Je retrouve Yassir, un jeune Marocain qui est récemment revenu d’un voyage de 3 mois en vélo dans plusieurs pays d’Afrique noire, écourté par une infection au Paludisme. Il me ramène chez lui, dans la banlieue nord ouest de la ville. C’est son premier Couchsurfing ! Nous passerons la journée à échanger sur nos cultures, il est très ouvert d’esprit, mais à une foi incroyablement puissante en sa religion. “Adam et Eve ? Oui oui, on ne descends pas de singes quand même”.

Bref, j’essaie de le piéger sur plusieurs points (pour le confronter à des paradoxes notamment), et on retrouve cette caractéristique des personnes de foi, qui quand elles n’ont pas les explications préfèrent dénigrer la science et s’en remettre à leurs croyances sans plus d’explications, croyances qu’elles reconnaissent d’ailleurs interprétables de façon différentes par les unes ou les autres ; ce qui occasionne des musulmans qui consomment alcool et autres drogues, d’autres qui couchent avant le mariage, bref, chacun fait à sa sauce puisque la chose la plus importante c’est juste de croire en Allah et au Prophète. Le reste n’est que pêché pouvant être rattrapé.

Yassir, un super gars !

Yassir, un super gars !

En début de soirée je découvre le taxi collectif. Ça nous fait marcher pas mal pour les rejoindre sur les axes principaux, mais ça ne coûte que 5dh où qu’on aille. Au passage, les grands taxis sont les seuls autorisés à sortir des villes. Une fois dans le centre, on passera par la mosquée Koutoubia, la principale de Marrakech (cf. première photo de l’article). Étant donné la chaleur j’assiste à la prière puisque tous les musulmans sont à l’extérieur. C’est très beau à voir et à entendre. Assis à une cinquantaine de mettre, seul sur des escaliers, un policier me dit que je ne peux pas rester ici. Je me déplace donc, me rapprochant et m’asseyant à côté d’autres personnes, des femmes. Deux minutes plus tard un autre policier me demande de ne pas rester ici si je ne suis pas musulman, je m’interroge sur le pourquoi puisque les femmes à côté de moi ne font pas plus la prière et c’est un escalier dans la ville. Il me dit que “si, elles font faire la prière”. Je m’assoie de l’autre côté de la route. A la fin de sa prière, Yassir me dit que les femmes à côté desquelles j’étais ne peuvent pas faire la prière, elle ne font que regarder car elles ont leurs règles. On est bien d’accord que les policiers étaient des gros … ? (je n’ai par trouvé le mot approprié, mais vous avez dû cerner l’idée).

Vue sur la Place Jemaa el Fna

Vue sur la Place Jemaa el Fna

En fait là j’ai une fois de plus été confronté à une connerie énorme qu’applique nombre de musulmans, instances policières et de sécurité :
– juger de la religion des personnes en fonction de leur gueule. (Une belle discrimination)
– ne pas écouter leurs propres imams ! En effet, quand l’imam appel à la prière, il commence par dire deux fois (il répète toujours tout une fois de toute façon) Allah Akbar (dieu, tout puissant et unique), et ensuite il invite TOUT LE MONDE À VENIR PRIER. J’ai bien dit “tout le monde”, pas “tout le monde les musulmans”. Pensez-y si vous voulez entrer dans une mosquée, bref. C’était mon petit coup de gueule 🙂 j’avais appris cela à Meknès, le chauffeur de taxi m’ayant traduit l’appel à la prière.

On passe ensuite par la place principale, Jemma El Fna, pour se balader dans la médina. Même Yassir n’est pas rassuré quand il voit qu’on s’enfonce un peu trop ! On fait alors demi-tour. On se posera ensuite sur la terrasse d’un café pour continuer à échanger et contempler la vie se calmer sur la place.

On rentre sur le coup des 2h du matin, croise un de ses amis, Rachid, complètement sous les effets du Cannabis, qui m’offrira un

On croirait à un mausolée mais non, c'est un endroit décoré et représentant la vie de l'actuel roi Marocain

On croirait à un mausolée mais non, c’est un endroit décoré et représentant la vie de l’actuel roi Marocain

Sprite, youhou ! On mange un plat Marocain ressemblant à de l’Ossobucco avec les mains et du pain, pas de couverts histoire de rester dans la tradition. On aura marché énormément dans la soirée, moins que ce que j’avais fais à Fès, pourtant j’aurai une violente douleur à la jambe jusqu’à mon départ du Maroc.

Le lendemain je quitte sa maison familiale et me poserai pour mes 24 dernières heures Marocaines dans un hôtel proche de la gare pour me ressourcer, repenser à ce voyage, le digérer avant de rentrer en France.

Jeudi 8 juin, je quitte l’aéroport de Marrakech en direction de Montpellier, la fin d’un voyage très positif, qui m’aura beaucoup enrichi personnellement et humainement.

24h de glandouille avec cette vue c'est pas trop mal…

24h de glandouille avec cette vue c’est pas trop mal…

En route vers le Nord : Chefchaouen et Tanger

Suite à ma première experience en bus de nuit je m’étais dit : plus jamais au Maroc. En ce Samedi 4 juin, aux alentours de 4h 4min et 4 sec du matin, je descends du bus frais comme un gardon, mais alors que je pensais tomber sur une station de bus où je pourrais pioncer un peu, ben non. Y’a rien, pas un chat (et pourtant c’est pas ce qu’il manque ici !). Du coup, ben je vais visiter la ville de nuit !
Je croise dans les rues beaucoup d’enfants qui jouent, soit au foot, soit à balancer des oranges sur un garde d’une grande place. Ah j’avais oublié un détail important : il fait froid, moins de 15 degrés, et je n’ai pas pris de blouson pour ce voyage. Si je m’arrête plus de 5 minutes je commence à cailler. J’arrive enfin dans la médina. Poua ! Magnifique, ce bleu est magnifique, tout est bleu, c’est une ville pour les Schtroumpfs ! Les rues, les maisons, époustouflants !

Chefchaouen tout en bleu

Chefchaouen tout en bleu

Après 1h30 de marche j’ai fais le tour de la ville tout en contemplant le lever de soleil sur les montagnes environnantes (grosse sensation de l’ascension du Machu Picchu !) je décide de dormir un peu sur un banc. Le froid n’est pas d’accord, et j’abandonne quand des gamins commencent à venir m’emmerder. Il est environ 7h du matin et je vais tomber sur mon boulet du coin. Il me proposera cannabis, tapis, sacs, babouches au cours des 2 prochaines heures. Il faut savoir que Chefchaouen est la capitale du cannabis au Maroc, donc réputé certes pour ses maisons bleues mais également pour ses cultures. Le gars et un de ses potes ne reculent devant rien :

Une rue de Schtroumpfée

Une rue de Schtroumpfée

“T’es jeune faut en profiter, ça te fera du bien”
“Déjà tu sais pas mon âge, j’ai pas dormi de la nuit et repars dans quelques heures, j’ai pas envie d’être encore plus HS avec ta résine, non merci”
“Mais ici c’est légal, les gens en fument partout. Regarde, t’en veux combien ? Les français en prennent tous le temps ! Un petit 400 dh ?”
Bref, autant parler à un mur qu’à ce marchand de la quarantaine.

Après un petit déjeuner costaud je repasse par les rues bleues en direction de la gare routière, cette fois ouverte, prête à m’accueillir pour dormir de 10 à 13h !

Cette ville avait l’air très agréable, et y séjourner plus longtemps à une autre occasion pourrait sonner comme un petit havre de paix, tout comme Hassi Labied (ceci est un message à peine masquée destiné à ma bien-aimée). Beaucoup de randonnées à faire dans les montagnes environnantes, de quoi y séjourner 4-5 jours minimum. A 15h passé, avec un gros retard, mon bus fait voile vers Tanger !

Dodo, l'enfant do, l'enfant ... Se les cailles !

Dodo, l’enfant do, l’enfant … Se les cailles !

On est toujours le 4 juin, la journée est longue ! J’arrive à Tanger vers 18h30 et trouve rapidement une auberge nommée Bayt Aline dans la médina. Le personnel est super gentil. Je rencontre Youn, copain de chambre, un Coréen qui vient de faire une année Erasmus en France, ne parle pas un mot de francais et… je n’en saurai pas plus car il a le nez plongé dans son téléphone et se couchera à 20h30.

L’auberge est assez atypique (surtout ma chambre, je suis sur un lit superposé à 2m50 au-dessus de la douche !). La propriétaire, une française, la cinquantaine, me procure rapidement 2-3 conseils et une CARTE DE LA MÉDINA. Je vois vraiment ça comme un objet sacré, ma joie est immense quand Fabienne ouvre le coffre contenant ce précieux photocopié et me le présente. La vue sur le port, la méditerranée et la médina depuis le toit de l’auberge est très sympa. Je me couche tôt, c’est tellement rare qu’il faut le souligner : 22h30, et enquille sur une grosse nuit de 12h. A mon réveil, plus aucune courbature aux jambes, reposé, il est midi, je vais explorer la médina de Tanger.

Le royaume du matou

Le royaume du matou

Personne (ou presque) pour me quémander quoi que ce soit, je me repère dans toute la médina (forcément avec un plan, même sans être ultra précis, ça aide), je fais un tour par une vue sur le port, puis vais au petit Socco, un lieu d’activité et de marché ou je prends un thé à la menthe en observant la vie du quartier se dérouler. Ensuite je vais au grand Socco (comme le petit, mais en dix fois plus grand) puis au musée de la Kasbah, conseillé par un guide, gentil, et non intrusif. Premier musée que je me fais au Maroc ! Gars pas très accueillant à l’entrée, je dis bonjour, il répond pas, j’avance, et là “Monsieur il faut payer, c’est 20dh”. Ben commence par être poli déjà. Il est 16h05, ça fait 25 minutes que je suis dans le musée et j’en ai fait 50 pourcents, mais je me fais virer comme un mal propre par un garde parce que “c’est Ramadan”. Ce blaireau ne parle ni anglais, ni francais, ni espagnol, et ne comprend donc pas mon mécontentement. Enfin si, il le comprend vu qu’il entend mon intonation et

Cour Intérieure du musée de la Kasbah

Cour Intérieure du musée de la Kasbah

mon regard tente de le tuer. Je prévois d’y retourner le lendemain pour demander des explications, car ne pas prévenir et faire entrer les gens ne me paraît pas très correct. C’est le pays de la frustration !

Le soir j’ai un nouveau pote de chambre, un espagnol qui est venu en moto. Y’a pas à dire on repère tout de suite l’accent espagnol : ils débitent à une vitesse phénoménale !

En ce lundi 5 juin mon planning est plutôt léger. Je retourne au petit Socco pour déguster un jus d’orange, je retourne voir un commerçant de la veille avec lequel j’avais bien accroché près de la Kasbah et je vais au musée. Le gars à l’entrée semble me reconnaître, semble me comprendre, et semble me laisser entrer pour finir ma visite. Le seul musée que j’aurais fait est franchement pas très grand, mais très sympa pour peu qu’on lise toutes les informations présentées. D’autant plus qu’il est DANS une Kasbah. Ensuite je retraverse toute la médina pour aller au grand Socco, y manger et observer la vie. Je vous avais prévenu : journée légère, journée d’observation ! Et encore je fais court, j’ai vraiment passé ma journée à m’imprégner de l’atmosphère, la médina de Tanger est la plus sympa que j’ai faite, ni trop grande, ni trop petite, et celle où je me suis le plus senti en sécurité. J’y aurais dégusté tajine et couscous à une adresse recommandée par l’auberge. En 2 jours pas un seul type ne m’a suivi pour me forcer à entrer dans son magasin, les directions indiquées par les gens étaient toujours les bonnes. Que du bonheur ! J’ai ensuite passé du temps dans un cybercafé ne vendant pas de café et me suis présenté à la gare avec 5h30 d’avance. Ouch ! Mon train partira vers 23h45, direction Marrakesh, et ce sera ma première fois dans un train couchette 🙂
(Enfin, là je souris car je pense que ça va être sympa. Mais en réalité je publie cet article avant de monter dans le train…). C’est parti pour 9h de voyage !

Des escaliers vus depuis la hauteur d'un chat

Des escaliers vus depuis la hauteur d’un chat

Meknès et les environs de la cité impériale

En ce 31 mai 2017 j’arrive à Meknès en milieu d’après midi. Appréhendant les labyrinthes des médinas, je me lance à la recherche d’une auberge à la fois dans la nouvelle ville mais également proche de la gare de train et celle de bus. Mes recherches sur le terrain seront aussi décevantes que celles faites sur le net. Je ne trouve rien à moins de 370dh la nuit, contre moins de 100dh dans les auberges habituellement. Et dans ce pays il n’y a jamais de points d’informations ou d’office du

La destruction des points d'informations serait-elle la cause de leur absence ?

La destruction des points d’informations serait-elle la cause de leur absence ?

tourisme, le “conseil de tourisme régional” à Meknès est fermé quand je me pointe devant. Dur de trouver des plans. Après une heure de marche je me pose et me sens déconnecté du côté humain que je vivais à Fès, je suis dans un Hôtel. La réception me propose d’office de louer un taxi pendant 3h le temps de visiter les 2 sites à voir, ça me donne l’impression d’être dans un truc organisé. Ces détails et ces frustrations ajoutés aux douleurs que j’ai aux jambes me mettent un gros coup au moral. Je découvre rapidement la télé marocaine, un bain, et accepte de jouer le jeu du touriste qui ne fait pas tout par lui même, bref, de quoi vous remotiver en moins de deux ! Fait amusant : la censure des gros mots. Je regardais une chaîne diffusant des films US en VOST Arabe, et lors de gros mots, le son était totalement coupé ! Les mouvements de bouches eux, pet mettent néanmoins de très bien discerner la prononciation d’un FUCK.

Le lendemain, un taxi, Ahmid, m’attend. Nous voilà en route pour le site de Volubilis, des ruines romaines. A l’entrée du site un guide me propose ses services pour 100dh, qui chutent rapidement à 50, et je le fais fuir en lui refusant de venir pour plus de 10. Ce n’est pas méchant de ma part, c’est juste qu’ils sont particulièrement insistant et bien que je ne le détaille pas dans mes articles, quand on commence à dire non aux proposants, ils vous enfoncent littéralement en vous disant que vous n’allez pas y arriver seul. Mauvaise tactique mon ami.

La légende dit que cet homme a été retrouvé avec les ruines.

La légende dit que cet homme a été retrouvé avec les ruines.

Le plus marrant c’est que le site est plutôt bien foutu avec des plans régulièrement et des panneaux explicatifs. J’ai trouvé le site particulièrement vaste, les mosaïques sont belles, bref, j’ai galopé pendant 1h30 et j’ai beaucoup aimé.

Nous allons ensuite vers Moulay Idriss. Il n’y a que la mosquée à voir, mais en tant que non musulman, pour apercevoir l’intérieur, la technique est de se frayer le bon chemin dans la médina sur le flanc de colline et trouver une des 2 terrasses pour contempler le site du dessus. A peine arrivé qu’un guide me jette rapidement un “vous ne trouverez pas, c’est un labyrinthe vous n’êtes qu’un touriste”. “Ok, emmène-moi, pour 10dh”, et c’est ainsi qu’il parti agacé. (L’échange à duré 2 minutes dans la réalité, mais c’est un bon résumé)

En 10 minutes et avec le coup de main d’une femme sur la fin (je précise femme, car elles, n’ont encore jamais essayé de m’embrouiller), j’arrive sur une terrasse, c’est joli, mais pas de quoi casser trois pattes à un canard (même pas 2 d’ailleurs). Un gardien d’une mosquée m’ammène vers une autre terrasse, encore plus jolie, très calme et sereine, où je me poserai quelques longues minutes.

Une partie infime des ruines Romaines de Volubilis

Une partie infime des ruines Romaines de Volubilis

Ensuite il essaie de me refiler des gâteaux en me les mettant dans les mains, des gâteaux qui portent chance et étonnamment me balance “je ne comprends pas, les touristes ils les prennent, les francais comme toi, ils prennent ces gâteaux, je vous ai dit que ça portait chance. Pourquoi vous n’en voulez pas ? Mais ce sont vos affaires”. Oui et moi je t’ai déjà dit 2 fois que j’ai pas envie de payer pour tes croyances mystiques. Je lui file 10dh parce qu’il m’a montré une chouette terrasse et expliqué la signification des boules sur les Mausolées, et également parce que j’ai pas envie de le traîner plus longtemps car il devient envahissant. Mon taxi me confirmera l’entourloupe des gâteaux “baraka”. En redescendant je croise mon taxi revenant de sa prière et vais cette fois contempler la porte de ce Mausolée. Un guide me file le train, comme d’habitude. Une fois de retour au taxi, ce dernier me confirme qu’ils étaient deux à me suivre car j’étais le seul touriste des alentours. Je le développe un peu plus ici, mais c’est la même chose dans les médinas, vous pensez vous être débarrassé d’un type, et parfois jusqu’à 5 minutes plus tard il ressurgit avec un trucs poignant genre “ah ah je vous l’avais dit”. C’est vague, ça vous surprend et vous donne envie de le gifler.

Ahmid est un taxi, mais aussi un guide, il a ce côté Arabe commercial qui fait faux humain. Depuis le

Vu sur Moulay Idriss. Pas un canard en vue.

Vu sur Moulay Idriss. Pas un canard en vue.

début du trajet il me parle de pois chiches, du coup on s’arrête et il me montre comment est la plante à different stade de maturité. C’est mignon, et toujours intéressant.

Il me dit également que le village où j’étais dans le désert, Hassi Labied signifie puits blancs en Berbère, apparemment. Des petites infos comme ça il en a pleins !

J’ai toujours les courbatures aux jambes, et toutes cette marche n’y arrange rien. Mais vu que j’ai du temps, je profite d’aller dans Meknès vers la médina.
Je vois des belles grosses portes ornées (dernière photo de l’article) permettant de passer les remparts, et découvre une place donnant une vue plutôt très sympa sur des remparts (première photo de l’article !). Le petit plus : aucun touriste, personne d’ailleurs sur cette place. Un passage rapide par le souk et la médina, dans cette dernière je me sens très mal à l’aise, pourtant, pendant les 5 minutes passées dedans (oui j’ai fais court et ce n’était pas totalement volontaire, le destin dirons-nous, je ne me suis pas perdu !) personne ne m’accostera. Les gens serait-ils moins aguicheurs ici ?
Ce sera mon impression pour Meknès, les taxis sont beaucoup plus sympa, l’un me dit même : “pas la peine d’utiliser le compteur, la course dans Meknès, c’est 7 dh maximum, pas plus”. Bon, y’en a bien deux qui m’ont déjà grugé 5 ou 10 dh !

DU POIS CHICHE !

DU POIS CHICHE !

Le lendemain mon objectif est d’aller à Chefchaouen, dite la cité bleue. Mais pas aussi facile que prévu car pas mal de bus ont sauté avec le ramadan, du coup je me prend une journée repos : cybercafé, retour sur Fès, petit repas dans des restaus pas du tout Maroccains, et puis petite marche de 40 minutes quand même, parce que marcher c’est bon pour la santé ! Bon, et surtout car de retour sur Fès je retombe sur nos petits taxis qui ne veulent pas mettre leur compteur et propose des tarifs ahurissants (5 fois le prix réel de la course)

En ce vendredi soir au terminal de bus un autochtone m’accoste. C’est plutôt sympa car il ne parle que espagnol, il m’invite chez lui si j’ai envie de m’y arrêter après Chefchaouen.

23h45, mon bus démarre en direction de la cité bleue !

Une porte ma foi bien grosse !

Une porte ma foi bien grosse !

Le labyrinthe de Fès

Les bus marocains de nuit sont des bus de jour qui roulent la nuit, on est donc serrés comme des sardines et pour ma part impossible de dormir assis. La conduite sportive du bus me fait énormément stresser, j’en mets ma ceinture !
Quand après 2h de routes le bus s’est bien vidé, je quitte ma voisine coréenne voyageant seule pour débuter une pseudo nuit. La conduite violente du bus et le stress de ne pas se réveiller à la destination m’empêche d’être embrassé par Morphée. Arrivée à Fès, la tête dans le cul, à 4h du matin en ce 29 mai, il fait frais, je file dans la station de bus et vais somnoler 2 heures sur les bancs. Je pense qu’à ce stade vous avez bien saisi l’idée : je n’ai pas dormi 7h de suite depuis mon arrivée au Maroc, et pas plus de 5h au cours des 48 dernières heures, ça devient chaud.

Je rejoins à pied le Ryad dont on m’a dit tant de bien, (45 min de marche c’est bon pour se réveiller !) je suis accueilli avec un petit déjeuner, mais un imprévu fait qu’il n’ont plus de chambres dispo. Dommage, mais je visite le Ryad quand même et il est vraiment très beau ! Plutôt que de dormir sur le canapé d’une salle commune, j’opte pour une auberge qu’ils possèdent également. Elle est dans la médina, Aziz, son gérant m’accompagne pour me montrer le chemin dans ce début de labyrinthe.

Vue sur la médina depuis le toit de l'auberge

Vue sur la médina depuis le toit de l’auberge

Je partagerai ma chambre avec Fahad, un saoudien. En cette journée je ne ressortirai que 2 fois : la première pour retourner chercher mon Sac à dos laissé au Ryad. Je me perdrai dans la médina. La première perte d’une longue série ! Ma seconde sortie sera pour aller chercher fruits et légumes dont les stands abondent dans la médina, et ne sont pas assez loin pour me perdre 🙂

Le soir, avec Fahad et Sony (une coréenne littéralement fan du Maroc), nous partagerons un repas en échangeant sur le Maroc et nos expériences. Il s’en suivra dans la chambre plus de 2h d’échanges avec Fahad ce jeune homme de 23 ans d’Arabie saoudite. De la politique, vision du monde, en passant par les conditions de vie et l’économie, un échange fort intéressant, qui donne un aperçu assez étonnant, mais enrichissant de son pays.

Mardi 30 mai je m’attaque à visiter la médina. Je n’ai pas de carte, et tout comme à Marrakesh les rues sont trop étroites pour que le GPS puissent être d’une utilité.

Je vais me perdre un nombre plutôt élevé de fois, disons une bonne vingtaine. Parmi les moments clés, il y a :
– le fait de passer 3 fois devant une Zaouia avant de comprendre que c’est ça une Zaouia.
– visiter une tannerie
– je développe la capacité de “si j’achète quelque chose, demander ensuite le maximum d’infos”, les infos seront fiables et gratuites

C'est pas des petits pots, c'est des bacs utilisés dans le processus de traitement des peaux, c'est donc des gros pots.

C’est pas des petits pots, c’est des bacs utilisés dans le processus de traitement des peaux, c’est donc des gros pots.

– l’instinct du voyageur : quand la tête d’un type ne vous revient pas et qu’il vous donne une direction, allez à l’opposé. 100% de réussite dans cette médina. (Ça m’aura valu un broyage de pied de la part d’un arabe mécontent que je ne l’écoute pas. Dans ce cas, même si lui péter la gueule vous démange, on encaisse, car autour y’en a 5 autres qui vous regardent. Vous pouvez quand même lâcher discrètement un petit “Gros connard”. Ça ne mange pas de pain.)
– 5h de marche, pieds et jambes HS.

Rue étroite de la médina, Fahad me racontait être tombé sur une rue ou les personnes devaient passer 1 à 1, et celles un peu grosses ne pouvaient pas passer.

Rue étroite de la médina, Fahad me racontait être tombé sur une rue ou les personnes devaient passer 1 à 1, et celles un peu grosses ne pouvaient pas passer.

Fahad me confiera que même lui, typé et parlant arabe est embêté dans la médina. Mon idée est que les locaux se connaissent très bien entre eux (je l’ai vu avec Aziz, le gérant de l’auberge. Quand il m’accompagnait, telle une célébrité, disant bonjour à tout le monde pendant 10 minutes de marche), du coup, les locaux identifient rapidement un étranger à la médina.

Le soir de ce 30 mai je rencontre une Couchsurfeuse (pas seulement pour me rajouter 2h dans les pattes, non non). Soumia me montre un peu la nouvelle ville, c’est à dire la partie construite en dehors de la médina (vieille ville). Une personne intéressante car totalement islamique mais à la recherche perpétuelles de contacts en dehors de sa religion, mari compris. Cette rencontre se fait aux alentours des 21h-23h.
Il faut savoir qu’avec le ramadan, les pratiquants font leur petit-déjeuner vers 19h35 jusqu’à 20h30. Pendant cette période, les villes sont mortes, ne contenant que des résidus de touristes ça et là. Puis petit à petit les gens ressortent, heureux de s’être fait péter le bide, et l’évolution du nombre de personnes extérieures entre 21 et 23h est impressionnant ! A 23h on se croirait à la qlimax d’une fête foraine, tant dans la nouvelle ville que la médina.
A 3h15 du matin environ, il font leur repas.

J'avais juste envie de mettre ma tête cachée qui m'a valu dans la médina le surnom de Sahara Man

J’avais juste envie de mettre ma tête cachée qui m’a valu dans la médina le surnom de Sahara Man.

Le lendemain je me rends compte que j’ai pris cher aux jambes, je file à la gare de train en direction de Meknès. J’en ai entendu beaucoup de bien ces derniers jours, et ce n’est qu’à 45 min de là. Je quitte Fès avec de bonnes rencontres faites, mais un sentiment négatif sur les médinas que je trouve rempli de trop de mauvaises personnes prête à agresser ou gêner les non locaux.

Hassi Labied et les portes du Sahara

La route fut longue en ce vendredi 26 mai 2017, les premières heures contiennent de nombreux virages ce qui fera vomir la femme derrière moi à plusieurs reprises.

L’avantage d’être seul c’est qu’on est beaucoup plus enclin à aborder les autres, le Berber à côté de moi m’invitera d’ailleurs à dormir chez lui à Thingir si jamais je passe par sa ville en revenant du désert. Après qu’il soit parti, je ressens les inconvénients de la solitude, ou plutôt, une nostalgie s’empare de moi et me bouleverse profondément quand je me rends compte que 3 personnes devant moi sont des espagnols d’une part, et d’autre part que j’ai posé sur le siège vide à mes côtés le petit sac à dos de Manon que j’ai emprunté pour ce voyage, posé là comme si elle allait revenir d’un moment à l’autre. Les 6 dernières heures de ce voyage de 13h furent donc difficiles émotionnellement.

J’arrive à 21h30 à Hassi Labied, là où m’attend Lhoussin, un jeune berbère de 26 ans. On monte avec un de ses amis et après avoir déposé une asiatique en passant par des rues sombres, j’ai une poussée d’angoisse. La sensation que tout peu basculer d’un moment à l’autre, et tout basculera, dans un bon sens.

On récupère Aaron, un canadien qui était dans un cyber café. Puis on file vers la maison de Lhoussin, toute une partie est réservé aux hôtes. On partage de bonnes conversation avec Aaron, on est sur la même longueur d’onde c’est impressionnant. On mange ensemble un melon délicieux et des oranges que Aaron a acheté dans la journée. Lhoussin me montre la terrasse sur la maison d’hôtes, les étoiles sont justes impressionnantes. On décide au même instant avec Aaron de dormir sur le toit, où l’on s’installera rapidement. On échangera sur quelques pensées philosophiques pour s’endormir en contemplant la voie lactée se déplacer lentement.

Pendant ce temps, le Ramadan débute.

Le lendemain matin à 6h j’entends Aaron se lever pour partir prendre son bus, ce sera un bel au revoir à la personne qui aura su me montrer que je ne suis pas seul finalement.

Sur le coup des midi, alors qu’à l’ombre on affiche 41°C, je rencontre une française dans le seul restaurant ouvert dans cette petite ville. Elle revient tout juste d’une nuit dans le désert et on se rend compte qu’en fait c’est ma voisine de chambre. Nos échanges forts intéressants couplés à mes derniers retours de parts et d’autres me dessinent la suite du voyage : partir au nord du Maroc, à Fès. Au passage je goûte une spécialité : l’omelette berbère : oignon, œufs, tomates, épices. Simple et efficace.
(🎤 C’est la MAAF !)

Sur le coup des 17h, Lhoussin me prête un touareg (pas le monsieur, la tenue) et un turban, et voilà que j’embarque sur le dos d’un dromadaire (les chameaux, c’est en Asie).

Victoire ! Poutou président !

Victoire ! Poutou président !

1h environ pour rejoindre notre campement. On y dort, et le lendemain on est revenu. Voilà la version courte où vous loupez l’essentiel, mais honnêtement, même dans une version plus longue, l’essentiel est fait de sensation, et comme évoqué avec Aaron la veille “A same person in a same place at a different time will feel it differently”, alors vous pensez bien que des personnes différentes…

Le désert que j’ai vu était magnifique, la couleur n’est pas celle à laquelle je m’attendais, elle tirait sur l’ocre ici. Les courbures des dunes, la pureté du sable d’un lisse impeccable, le calme, d’un apaisement total.

La sensation d’être sur le chameau avec un berbère devant moi, sans personne d’autres autour. Magique.

Habillé en Touareg en haut d’une dune tout en regardant le soleil se coucher et ressentir un léger vent chaud passant sur le turban devant mon visage, indescriptible émotionnellement, je touchais presque le Nirvâna.

La nuit tombée, je montre aux autres touristes du groupe la voie lactée qui se dessine. On s’amusera avec l’une d’elle (ce n’était que des chinoises), ayant emmené tout son équipement photo à capturer de très beaux clichés. Du coup je reviendrai avec mon matos rien que pour ca 🙂

Un Kévin posé

Un Kévin posé

Une nuit avec la tête dans la voie lactée, un Tajin, de la musique berbère, j’ai pu tester mes talents au djembé et être filmé par nos chinoiseries : épique. J’échange pas mal avec un des berbères, Zafira (un homme) qui a la particularité de ne pas faire le ramadan, tout simplement car il veut “rester libre et n’avoir aucune religion”. Couché à 1h30, debout à 4h pour contempler le soleil se lever, à nouveau en haut d’une dune, seul avec ce désert au sable désormais glacé.

Dans la foulée nous rentrons à dos de chameau, et je petit déjeune avec Lhoussin… Enfin, pas “avec” au sens propre, plutôt en face de lui, Ramadan…

Good morning Morocco

Good morning Morocco

Sinon, le dromadaire, ça fait mal au cul, comme le cheval vous me direz, et vous avez raison. L’avantage est qu’en chameau il m’a paru facile de mettre les jambes du même côté pour éviter des douleurs post-équestre (post-dromadestre ?)

Je fais quelques rencontres Couchsurfing (Ingarr le Tchèque, 2 Belges me conseillant un CS a Fès). Le soir du 28 mai, je pars pour Fès avec un bus de nuit. Mon programme approximatif des 2 semaines vient officiellement de complètement changer !

Maroc : premiers pas à Marrakech

Arrivé à la douane
– “Môsieur il faut remplir l’adresse où vous allez dormir”
– “Je ne la connais pas, je comptais improviser”
– “C’est obligatoire Môsieur, allez à la police svp Môsieur”

Bref, quelques minutes plus tard je franchissai la douane en force, courant comme un dératé et poursuivi par 2 gardes quand soudain … Euh, attendez, non, ça c’est dans ma tête. Pour de vrai, disons juste que j’ai pu passer en fournissant une adresse bidon.

A la sortie de l’aéroport, sentiment d’être sur une autre planète, une boule lumineuse très diffuse, je me suis cru sur Tatooine (cf Star Wars) d’ailleurs globalement j’ai eu l’impression d’être sur Tatooine les premières heures : atmosphère, paysages.

La suite fut encore un peu plus stressante : première tentative “d’arnaque” quand j’achète une carte sim locale : le gars me dit 90 dirham (9€). Il m’emmène voir un gars qui justement vend des sims, me l’installe sur le téléphone. Au moment de payer ce dernier je fais genre : raaaa, j’ai que 70 là, ça passe. L’intermédiaire me demande ensuite un petit quelque chose pour avoir fait la transaction, 10 dirham. Je lui dit, jai pas 10, qu’un billet de 20, pas grave on va faire du change. Je mets la main dans la trousse, et pif paf pouf, c’est un billet de 200 qui sort. Il me dit “ça me va”. Ah ah. Bref, On fait du change, et le gars veut maintenant garder 100. Nop, je sens bien qu’il fait la gueule, mais j’essaie de m’accrocher et ne lui laisserai que 10. Bon au final ça c’est bien goupillé dirons nous, et ça ne sera qu’une esquisse des jours à venir.

Dans la foulée je galère à trouver mon hôte de la soirée, je le trouve un peu de mauvaise foi, mais la nuit tombe et je vais tout de même chez lui.

Il y aura des choses positives, authentiques, et négative dans la soirée.
La maison où il habite avec sa mère par exemple : la pièce d’entrée, qui est la plus grande (12m2 environ) ne contient que le frigo. Un étage où je ne monterai pas et qui est sans toit, là où dort la mère. Au rdv il y a aussi la cuisine, la chambre qui est aussi le lieu où l’on mangera avec Amin et enfin la salle de bain toilette de 3m2 où l’endroit le plus haut et le seul où je tiens fais 1m2, est au dessus des toilettes turc et mesure 1m50. Authentique ! J’imagine nombre d’entre vous tellement ravi de ne pas y être.

Amin me demande 100Dh et a ajouté 100 des siens pour aller chercher de quoi faire un Tajin. Il était déjà 21h. Le préparer, laisser d’autres femmes venir et taper dedans avant nous, puis commencer à manger aura pris 4h.

Je me sens pas mal isolé pendant tous ce processus, quand nous mangeons tous 2 nous parlons religion, Amin a beaucoup trop la foi pour envisager d’autres idées que celles de l’Islam. Quand on parle, on utilise trois langues suivant celle qui nous convient le mieux : français anglais ou espagnol. On parle de l’itinéraire que je voulais faire et ce que je voulais voir, mais il ne l’écoute que d’une oreille et me conseille une agence avec laquelle il travaille, qui me reviendrait moins cher et avec laquelle je verrai plus de choses.

Durant la nuit, d’un coup ça se met à gueuler en arabe dans une enceinte à 4 m de moi. C’est l’appel à la prière. Au premier, Amin semble aller se laver, et au second il mets sa tenue pour aller à la mosquée. A chaque fois qu’il touche ses habits ils me tombent dessus, bref, la nuit est difficile et longue. Vers les 6h du matin ça se calme ce qui me permet de me reposer jusqu’à 11h environ. Pendant 2h30 je m’ennuie, j’écris cet article, et je prend la décision de tester un Riad le soir et de ne pas passer par l’agence que me conseille Amin. Alors que j’écris ces lignes je redoute même sa réaction lorsque je le lui annoncerais, s’il se lève un jour. En dehors de ça, Amin est très gentil et serviable.

Bien sûr dans tout ça j’ai déjà réalisé tout ce qu’il ne fallait pas faire pour éviter la tourista : boire l’eau de la ville chez Amin, manger des fruits …

Ah et j’ai failli oublier, le Tajin était vraiment excellent, et la recette est juste là :

Viande de Bœuf, Oignon en rondelle
Ajouter safran, poivre, sel, cumin, raison sec blanc puis Huile d’olive
Tout mélanger
Ajouter ail

Faire mijoter pendant longtemps.
Accompagner à côté de salade : carotte, haricot vert, salade verte, poivrons rouge et jaune, tomate, Orange, bref photo :

La mère d’Amin passe et lance une sorte de “Ramine Ptin Levtoa”. Je fais mes affaires et il me conduit à un taxi.

 Vue sur la Medina depuis le Riad

Vue sur la Medina depuis le Riad

Je repère le prix pour allez à Merzouga le lendemain, compare le goût des Mac Donald Marocains aux Francais (toujours très important de tester, le goût est réellement différent), et fais le point sur ce que je veux vraiment. Suivre les conseils d’Amin, où me débrouiller par mes propres moyens et me sentir libre à quasi chaque instant ?
Je tranche facilement, et réserve dans un Riad (Hotel typique Marocain) abordable (100dh) en plein dans la vieille Médina. Je décide d’y aller à pied, ça me donne l’occasion de me balader dans les rues et voir un peu plus de Marrakech, ce qui me manque terriblement !
Sous le soleil écrasant je marcherai près de 1h30 avec mes sacs sur le dos et verrai de belles constructions. Après être passé par le souk le plus grand de la ville sur la place Jamaa El Fna, je me retrouve dans la vieille médina, les rues sont tellement nombreuses que mon GPS ne les affichent pas. Je tâtonne pour trouver ce Riad, et un boulet essaie de m’aider, au final il me fait perdre plus de temps qu’autre chose, marcher pour rien, et un second boulet arrive. La mentalité de certaines personnes fait qu’ils me demandent 100 dh chacun une fois devant le Riad. Après une légère altercation je leur lâche 10Dh, et ils partent en me menaçant.

Le Riad est très joli, les jeunes qui s’en occupent me rassurent en affirmant que les 2 racketteurs avaient un grain. Je suis HS par cette marche et ces émotions, ce sera repos en profitant de la beauté du Riad et sa vue sur la Médina. Je ne cache pas mon bonheur de retrouver douche et toilettes auxquels je suis habitué.

Le lendemain, ce sera départ pour Merzouga, le point le plus éloigné de Marrakeh où j’irai, un pas dans le désert. A mon réveil un moment de panique : sur quelle heure se base le départ du bus ? L’heure officielle (-1h), ou celle du Ramadan (-2h) ? Je serai prévoyant et arriverai du coup 1h en avance, me laissant le temps de retirer du liquide, qui ne sortira de la machine qu’à la seconde tentative…

C’est parti pour le Désert !

L’après coup d’un long voyage

Bon alors “long” est assez relatif, car on n’est pas parti 3 ans, même pas 6 mois !

Pourtant pendant ces quelques mois de voyage, on a plus d’anecdotes à raconter que dans les 7 qui viennent de s’enfiler !

Il y a exactement 1 an jour pour jour, on était dans l’avion direction Mexico DF et je voulais profiter de cette date symbolique pour faire un petit retour sur l’après voyage.

Je me rappelle encore très bien du moment au retour en France lorsque j’ai laissé Manon à la gare de “Paris gare de Lyon”, et que je m’engageais vers celle de Bercy. Ça faisait presque 5 mois qu’on ne s’était pas quitté. Qu’on n’avait pas passé 1h séparés.

Le voyage défilait dans ma tête, j’étais content de rentrer en France, j’avais besoin de faire une pause.

Ça a duré quelques jours. 5-6 peut-être. Puis j’ai eu à nouveau l’envie de repartir. J’étais assez reposé. Je pensais déjà à nos futurs voyages, enchainer Costa Rica et Nicaragua sur 5 ou 6 semaines. A chaque situation du quotidien je voulais placer des mots espagnols, le français restait en arrière plan. Avec Manon on s’est même amusé à parler espagnol plutôt que français (et ça arrive encore), ne plus l’entendre nous manquait. Télé espagnole, radio, bref, tout était bon pour s’imprégner, j’avais besoin de me replonger dans tout ça.

Replonger dans les photos, assembler les diaporamas n’a fait qu’entretenir ce manque. Oui “manque”, car environ 2 semaines après le retour, je ressentais un coup de déprime clair et net. La nostalgie était trop forte.

retour-carte-ushuaia

Là où nous avons été le plus émerveillé

A de nombreuses reprises j’avais entendu dire qu’il fallait se poser au moins un bon mois au retour d’un voyage comme celui que nous venions de faire. J’espérais donc que ce sentiment passe un peu 5 ou 6 semaines après le retour.

Mais en fait non. La nostalgie et le manque étaient toujours présents plusieurs mois plus tard. Quatre mois après notre retour, jeter un oeil dans le coin de la pièce et aperçevoir mon sac de voyage, cette maison que j’ai eu pendant 5 mois, me provoquait un sentiment de vide immense. Je savais que ce soir je n’allais pas galérer pour savoir où dormir, que j’aurai une douche chaude mais ces aléas pas toujours joyeux en voyage me rendaient triste à cet instant, dans notre confort occidental ; je n’allais pas rencontrer d’autres cultures, je n’allais pas “vivre” comme je pense que nous le devrions plus souvent.

Il aura fallu personnellement 6 bons mois pour que je ne sois pas pris aux tripes en posant les yeux sur mon sac. C’est long 6 mois. Quant à la nostalgie, elle est toujours là, et trés fréquemment il me passe par la tête des lieux ou des personnes croisés durant le voyage. Ça a un côté magique de pouvoir se rappeler d’une ville ou d’une auberge particulière en fermant les yeux, s’y re-promener.

Chacun vit le retour différemment, Manon l’a vécu d’une façon quasi opposée à moi, elle n’a pas eu ce manque que j’ai eu, et n’a ressenti de la nostalgie que plusieurs mois après le retour.

Je n’ai honnêtement aucune idée de comment on peut gérer cette sensation au retour. C’est juste un poids que certain doivent encaisser et gérer comme ils le peuvent apparemment…

Budget dépensé en Amérique centrale et Latine (2014)

Être rentier c’est surement cool, mais on ne l’est pas, du coup “dépenser sans compter” n’était pas trop notre philosophie durant le voyage. Un maintien quotidien du budget afin de prévenir nos écarts et ne pas se retrouver sans un sous à la moitié du voyage était indispensable.

Voici quelques tableaux afin de montrer combien nous a coûté dans le détail le voyage SUR PLACE. L’article publié dans la section budget avant le départ présentait déjà les frais annexes tel que billets d’avions, équipements, vaccins etc, or ici on ne parle que des dépenses sur les territoires américains faites ces 6 derniers mois. Certaines dépenses persos n’ont pas été comptées, type la plongée de Kévin, ou encore les seuls et uniques cadeaux achetés les derniers jours à Lima.

De plus, il ne faut pas oublier que nous avons fait du couchsurfing, ce qui influence grandement le budget hébergement (notamment celui du Mexique, où nous avons fait 80% du temps des couchsurfings).

Tout d’abord, le suivi global. Je me rappelle encore de ce tableau tout vide ! (*petite larme*) et maintenant il est tout rempli ! (contrairement à nos comptes… oups).

Budget détaillé par pays, catégorie de la dépense, et plein de trucs cool à savoir pour faire des statistiques et des graphiques de fou ! (et probablement inutiles également, faut pas pousser !)

Budget détaillé par pays, catégorie de la dépense, et plein de trucs cools à savoir pour faire des statistiques et des graphiques de fou ! (et probablement inutiles également, faut pas pousser !)

Pas vraiment de commentaires à faire, les curieux auront toutes les infos voulues en regardant ce tableau présentant les dépenses concrètes effectuées sur place. Notons que la nourriture a quand même représenté le tiers de nos dépenses, on pourrait presque dire le transport un autre tiers, puis les “loisirs et visites” représentent 1/5ème de nos dépenses totales. Et enfin, et c’est le fait clairement le plus important : 6 mois d’internet en Amérique Latine reviennent beaucoup moins cher qu’en France ! Bon… ben du coup, y’avait des commentaires à faire !

Ultime tableau : comparaison sur le prévisionnel et le réel. S’est-on tenu au budget ? Et bien, regardez :

Couleurs : gradient de rouge foncé, passant par le neutre puis le vert foncé. Vert = économie = bien Tintin !

Couleurs : gradient de rouge foncé, passant par le neutre puis le vert foncé. Vert = économie = bien Tintin !

Pour ceux qui ne comprennent pas bien le tableau (mais vous êtes surement bien assez débrouillard pour avoir tout pigé), on a économisé 300€ chacun. C’est pas énorme, mais vaut mieux dans ce sens que dans l’autre hein !

On aurait limite pu rester plus longtemps ! Les boules ! Mais bon, toutes les bonnes choses ont une fin (les mauvaises également bien heureusement !). Sérieusement, les 300€ ont vite fondu quand on est arrivé à l’aéroport de Paris, vive la France ! Vivement qu’on reparte, car soyons sincères et honnêtes : voyager, c’est ça la VRAIE vie !

Lima, dernière étape de cette aventure 2014

On arrive à Lima le 18 août 2014 à 20h30.
On décolle le 20 août à 9h25.

Entre temps, on a nagé avec des dauphins, fait un trek en pleine nature, et fait du sandboarding ! Non je déconne, bien sûr on n’a rien fait de tout ça, Lima c’est une méga grosse énorme capitale où on n’a pas vu le ciel une seule fois, juste une nappe grisâtre nuit et jour, je crois qu’on appelle ça la pollution, bien que le taxi auquel j’ai lancé “hey c’est trop pollué ici” ait répondu que c’était comme ça que l’hiver, que c’était normal, que c’était pas la pollution. Et mon cul hein ? Non il avait peut-être raison, mais bon.

On est arrivé avec 3h de retard en réalité, histoire de ne pas changer les bonnes habitudes. Vu qu’il était tard on a préféré annuler notre ultime couchsurfing prévu pour une raison évidente : on n’aurait pas pu profiter de lui, or le couch on le fait plus pour profiter des gens que profiter de leur lit gratuit.

Déguisé en péruvien, je me fond même dans le décors

Déguisé en péruvien, je me fond même dans le décors

On galère ensuite à trouver un hôtel, mais bon, vous vous doutez bien qu’on en a trouvé un. Plutôt cher, enfin, 100 soles la nuit, soit 29€. Oui, à peu près le même prix que notre premier hôtel au Mexique, que l’on avait trouvé pas cher. C’est fou comment notre sens de la valeur de l’hébergement a changé en quasi 5 mois. Mais bon, on est dans un hôtel plutôt cool, on a l’impression d’être limite dans le luxe : eau chaude à volonté et wifi fonctionnant impec !

Le lendemain est notre seule journée pour profiter de Lima. Après 12h de sommeil, je me lève ; j’avoue que j’ai un peu entaché cette journée, de toute façon le temps est “nuageux”. Manon elle est réveillé depuis déjà 4h, trop excitée de rentrer en France. On sort faire un tour à la place des armes. Le taxi qui nous dépose nous dit de redoubler de prudence. On redouble donc de prudence. Les péruviens sont voleurs, et apparemment c’est pire ici. Je vous rassure tout de suite, on ne s’est rien fait piquer !

On passera la journée autour de la place des armes avec des activités reposantes et gastronomiques. Une partie d’échecs, quelques boutiques (j’ai trouvé tes bonnets Julien, tu vas être content ! Par contre ils me plaisent, donc pas sûr que je te les donne, tu vas être moins content !), et on a goûté des spécialités culinaires midi et soir, Lima étant réputée pour sa bouffe. L’idée était plutôt bonne à la base, mais débuter sur une entrée qui vous arrache la bouche en était une moins bonne, mais bon, on est là pour tester !

Le lendemain on doit se lever à 5h du matin, du coup, il faut se coucher tôt. À 1h30 je m’endors profondément, on se lève, on arrive à l’aéroport et… tout se passe bien ! Quoi, l’article est bâclé ? Meuh non, y’a juste pas grand chose à raconter, Lima fut calme, couchsurfing annulé, l’aéroport se passe à peu près bien, on rentre en France et on est content, oui, content ! Enfin, les 5€ le sandwiche nous ramènent à la triste réalité des prix français et de l’euro. De plus on revient avec tous nos vêtements ! Tous ? Non, en fait Manon a oublié des chaussettes qui séchaient dans le dernier hôtel… La haine ! Une fois en France on demandera peut-être à l’hôtel si ils acceptent gracieusement de nous les renvoyer. Manon imagine déjà qu’il vont répondre : “Des chaussettes ? Ah non, on n’a rien vu !”

Mon dernier trek, en pleine capitale et en solo svp ! Récompense : un train.

Mon dernier trek, en pleine capitale et en solo svp ! Récompense : un train.

Longtemps j’ai eu un peu peur de ne plus apprécier les derniers moments que nous allions vivre loin de la France, un peu comme quand on apprécie plus les derniers jours de nos 2 semaines de congés d’été, mais là on a très bien profité jusqu’au dernier trekking !

Une conclusion sur le Pérou, puis une conclusion globale sur ces 5 mois en Amérique latine et enfin le budget total dépensé par catégorie (on a été rigoureux ^^) seront prochainement publiés. Ah, et il y aura aussi un article bonus !

Huaraz, émerveillement dans la Cordillère Blanche

Le mardi 12 août, on arrive sur le coup des 8h30 du matin à Huaraz, frais comme des gardons. On choppe un taxi. Il nous dépose dans un hôtel en nous disant qu’il est près de la place des armes, cool ! Mais on se rendra compte de la supercherie que quelques heures plus tard. Tant pis, on est à 20 minutes du centre, mais dans un hôtel, ou plutôt auberge, non, un truc pas cher.

Le gérant de l’hôtel appelle un de ses potes faisant des excursions dans la Cordillère blanche, mais on le sent pas, on fera donc quelques agences dans le centre pour voir ce qui s’offre à nous, car l’activité principale en partance de Huaraz, ce sont des treks de un à TRENTE jours dans la Cordillère blanche, une immense chaîne de montagnes (blanche à ses sommets). Face à la blanche, y’a la noire, offrant une belle vue sur la blanche justement. Ce sera notre premier trek d’ailleurs.

Le mercredi 13 on part avec un guide à quelques 20 minutes de Huaraz, et on grimpe. 2h de montée en théorie, mais ils avaient du voir large car on atteindra la lagune de Wilcacocha au sommet en 1h30. On en a bien chié quand même, soyons honnête ! Pause déjeuner à côté de la lagune, en admirant la vue panoramique sur la cordillère blanche. Malheureusement le temps est nuageux, du coup, soyons encore honnête, la lagune est moche et le panorama est pas super top.

huaraz pano blanc

Côté positif, on ne brûle pas sous le soleil, et ça c’est cool car y’a pas de zone ombragée ici. La cordillère noire est plutôt jaune sur ses flancs, car en cette période d’été, tout est cramé. En hiver, il paraît que c’est vert. Pour la descente on demande au guide de prendre un autre chemin que pour la montée, le chemin est assez difficile car constitué de pierre. Mais bon, on voulait le rentabiliser car on a vite compris que payer chacun 15€ pour l’avoir on s’est fait un peu entuber, soyons zonètes (décidément !). Julio, le guide, a 27 ans et a vécu les 10 premières années de sa vie avec sa grand mère, dans la campagne, bénéfice : il connaît super bien les plantes, et sait se soigner avec. Il nous raconte notamment l’histoire d’une fille que la médecine contemporaine n’arrivait pas à soigner, qu’ils ont emmené au bord d’une lagune, puis recouverte de certaines plantes, et hop, elle était debout en moins de temps qu’il n’en faut pour prononcer “c’est une histoire vraie ?”. À 14h on est de retour à Huaraz.

Le lendemain on se repose -vous avez l’habitude maintenant qu’on fasse des journées pauses !- et on change d’hôtel, d’auberge, enfin de lieu quoi. Pourquoi ? Parce que le lieu en lui-même est éloigné du centre, la cuisine qu’on devait pouvoir utiliser est quasi inexistante puisque résumée en terme de vaisselle à une casserole dégueulasse qu’on nous a filé le premier soir -limite on devait aller acheter une éponge pour la nettoyer : LOL ! Filez-nous une éponge, et encore heureux qu’on te demande pas de la nettoyer !- On n’a pas confiance en la sécurité des chambres (un cadenas pour fermer… mouais), et l’environnement est plutôt crade globalement. Ah et aussi on attend toujours les petits-déjeuners prévus. Donc voilà, outre les moults autres détails négatifs, on change, parce que le changement, c’est maintenant, (François si tu nous lis, tu vois, nous, on agit 😉 ) et on arrive dans un hôtel dont nous avait parlé Florian. Quoi ? Vous ne vous rappelez pas de lui ? C’est le français rencontré au Machu Picchu, qui est également à Huaraz actuellement.

On profite un peu de la ville en cette journée de repos, enfin profiter est un grand mot, car la ville a beau compter 150.000 habitants, elles est pourrie, je m’explique. Un ruisseau traverse la ville, des ordures le longent et s’y promènent, les bâtiments sont inachevés, sales, les commerces sont majoritairement inutiles (énormément de magasins pour faire des photocopies. Je comprends pas trop ce délire honnêtement. Mais bon), et le truc le plus stressant et énervant : les gens ici ont la foutu habitude de klaxonner tout le temps, mais vraiment tout le temps. “Oh, un passant, TUUUT. Oh, un croisement où je suis prioritaire TUUUT. Oh, TUUUUT”. C’est simple, les gars ici conduisent avec la main au dessus du klaxon. Un truc de fou. Et pour info, ici également c’est interdit de klaxonner pour x raisons, comme en France. Mais que fait la police ? Ben elle fait la circulation apparemment.

Avec ce temps gris, nous ne fûmes pas séduit au premier coup d'oeil à 4450m

Avec ce temps gris, nous ne fûmes pas séduit au premier coup d’oeil à 4450m

Le vendredi 15 août, on prévoit de se taper l’ascension jusqu’à la lagune Churup avec Florian. Bon alors les guides en papier et sur Internet conseillent de ne pas s’aventurer seul, ça tombe bien, on y va à trois ! Ils conseillent également de partir tôt le matin. Vous nous connaissez. On décolle à 9h45 de Huaraz, tous les 3. Les guides parlaient de 15 minutes pour atteindre le début du chemin, mais le chauffeur nous dit 45, et il a raison le coquin !

Bref, on se retrouve à Llupa pour attaquer le trek. Ça commence tranquille, la première heure et demie on s’économise. On arrive à Pitec, pseudo ville où on paye 10 soles pour commencer les choses sérieuses. Ça grimpe beaucoup, c’est assez hardu, soyons honnêtes, on peine, on piétine avec Manon, et on commence à s’essouffler énormément. L’altitude nous pèse de plus en plus et nous emmerde littéralement sur des passages difficiles où on doit utiliser des cordes en métal -parfois bien usées- pour escalader certaines parties. On fait beaucoup de pauses car en plus d’une migraine naissante, j’ai des vertiges et Manon la nausée. Pas cool pour escalader. Quand je dis escalader c’est vraiment escalader, certains passages nécessiteraient d’avoir du matos d’escalade car c’est vraiment dangereux. On est à bien 4000m à ce moment, et c’est fou que mon corps qui semble bien acclimaté à 3000 (altitude de Huaraz) soit complètement HS ici. Je dis “mon” corps, car Manon a toujours des difficultés avec l’altitude, son cœur s’emballe très facilement à chaque fois qu’on se trouve à plus de 3000 mètres (Huaraz comprit. Pour info le Machu Picchu qui ne lui avait pas posé de problème est à “seulement” 2500).

La lagune est en fait de l'autre côté, mais la vue nous plaisait plus ici !

La lagune est en fait de l’autre côté, mais la vue nous plaisait plus ici !

2h30 nous seront nécessaires pour faire Pitec-La lagune de Churup. 2h30 c’est le temps informatif donné, on est pile dedans, et vu comment on a peiné, je peux vous dire qu’on est heureux d’arriver à la lagune, les derniers mètres de pente raide furent un calvaire. Il est 14h30. On a donc mit au total 4h pour arriver là. Je pensais que le trek durerait 2h30, j’avais rien compris en fait ! On se pose 1h le temps de se reposer, et surtout manger, s’hydrater, prendre des photos du site. Durant la montée on a eu des gouttes de pluie, et surtout vu arriver de gros nuages noirs, ce qui nous a bien fait flipper. Car outre la pluie, une étendue d’eau avec des nuages au dessus c’est généralement plus moche qu’avec un ciel bleu dans laquelle il se reflète -mais c’est qu’on  deviendrait exigeant avec la météo maintenant !-. Pendant notre déjeuner, on a le droit à de la neige fondue, de la petite grêle, en plus du vent glacial, et entre temps il arrive que l’on ait des éclaircies, nous faisant bouillir sous nos vestes. Durant ce trek on a connu un peu toutes les saisons ! Même les rafales de vent latérales qui vous obligent à marcher penché d’un côté pour y résister ! Bref, les quelques éclaircies nous permettent de profiter des lieux, et ma foi, ça vaut le coup d’avoir souffert pour arriver là !

A gauche de la cascade le chemin en mode "escalade avec les cordes en métal", à droite, notre descente en mode "AAAAAaaaaaah !"

A gauche de la cascade le chemin en mode “escalade avec les cordes en métal”, à droite, notre descente en mode “AAAAAaaaaaah !”

Après 1h de pause on entame la descente. Il nous reste pile 3h pour rejoindre le point initial d’où partira le dernier collectif -petit bus- pour Huaraz. En tout cas c’est ce que nous a dit le chauffeur du matin : “18h30”.

On ne redescend visiblement pas exactement par le même chemin, on ne se tape pas les cordes usées en métal, et on s’aperçoit qu’on est du mauvais côté du fleuve ! Enfin “mauvais” c’est exagéré, de ce côté là aussi on peux passer, faut juste être un peu sportif et un peu foufou. L’escalade est abrupte, un passage particulièrement délicat nous oblige à être collé à la paroi et redoubler de vigilance pour ne pas glisser, car ce serait la catastrophe assurée. Pendant que j’aide Manon à traverser certains passages difficiles, ce couillon de Florian filme nos exploits. Après 30 minutes de descente dangereuse, on arrive sur la zone de camping. Le plus dur est fait, et on ressent déjà les bienfaits d’avoir descendu 400 bons mètres, nausée et mal de tête se calment, on respire mieux, ouf.

Durant la descente on croise 2 français qui vont camper cette nuit, bon courage avec tout ce matos pour grimper à la lagune ! Le soleil qui poursuit son déclin laisse apparaître des paysages merveilleux, de toute beauté, les mêmes qu’à la montée, mais en même temps différents, dont nous profiterons tout en descendant aussi vite que possible.

Si tu glisses, tu tombes... très bas !

Si tu glisses, tu tombes… très bas !

On arrive au lieu de rendez-vous dans les temps, 18h10. Les gars sur place nous disent qu’il n’y a plus de bus à cette heure là. Panique ? Non, un 4×4 vient ramener ces travailleurs à Huaraz, et nous embarquerons avec eux, enfin, pas tout à fait avec eux, nous on est dans le coffre extérieur, dans les pots de peinture et les échelles. Le trajet est rigolo, pour moi, beaucoup moins pour Manon qui a peur d’être éjectée à chaque dos d’âne. On arrive vivant à Huaraz 40 minutes plus tard, et le petit vieux dans le coffre avec nous nous accompagne jusqu’à la place des armes.

Florian nous fait goûter une spécialité qu’il a trouvé ici, des churros fourrés de manjar (manjar=Dulce de leche péruvien=confiture de lait en France. Le nom est différent mais c’est la même chose.). J’adore ! Mais c’est hyper bourratif.

Le samedi ce sera un repos bien mérité, on a des courbatures un peu partout. En fin d’après-midi on rejoint Florian pour se rendre ensemble à quelques 20 minutes de la ville, Anta, en direction de Yungay, pour admirer un coucher de soleil sur les montagnes. Le soir même Florian prend un bus pour aller plus au nord du Pérou et entamer son 5ème et dernier mois de voyage. De notre côté on planifie la journée suivante : ce sera la fameuse Laguna 69. Il paraît que c’est le lieu le plus beau autour de Huaraz, du coup, on se l’ai gardé pour la fin, dernier trek de notre voyage, et peut-être un endroit idyllique.

Ce dimanche debout à 5h30 -du matin bien entendu. Quelques courbatures de Churup sont encore là, mais on va encaisser hein, c’est notre dernière activité péruvienne !

Gardez-bien à l'esprit que c'est encore plus beau de nos propres yeux

Gardez-bien à l’esprit que c’est encore plus beau de nos propres yeux

Sur le trajet, le bus s’arrête notamment aux Lacs de Llaganuco pour une pause photo. Le premier de ces 2 lacs est d’un bleu magique, au pied de ces montagnes immenses, on en prend pleins les yeux. Dix minutes plus tard le bus arrive à destination avec 1h de retard, il a mis 4h au lieu de 3, en partie de sa faute, mais aussi au groupe d’allemands qui ont retardé le bus à plusieurs moments. C’est important de souligner ce retard, car le temps que l’on a pour faire le trek, lui, ne change pas, et pourtant on doit être de retour ici dans exactement 6h. Bon, le trek est prévu en 3h aller et 2h30/3h retour. Ça devrait le faire !

Certains partent comme des balles, nous on se met de la crème solaire, Manon ajuste son chapeau, et patati, et patata, bref, on part les derniers, il est 10h pile.
Ça commence cool, on descend ! On arrive rapidement sur du plat, puis légère montée. Le paysage est vraiment beau. Se baladent chevaux et vaches par-ci par-là. On remonte la rivières parcourant cette plaine. On marche bien et on commence à doubler des gens. Au bout de 10 minutes on en voit qui font déjà des pauses, et ben c’est mal parti pour vous les petits loups !
En 40 minutes on a doublé quasi tous ceux de notre bus, m’enfin c’est pas très dur : on est les seuls à ne pas s’arrêter pour reprendre notre souffle. Une bonne montée arrive, 30 minutes d’ascension où on double les premiers de notre bus, et on commence à rattraper des gens du bus précédent. Les paysages sont à nouveaux magnifiques, plus beaux que Churup ! Une cascade, une vue sur les montagnes enneigées des environs, la plaine que l’on a traversée en contre-bas. Histoire de, on fait une pause d’une minute pour boire. On double un jeune, la vingtaine, bien musclé et faisant une pause. En nous voyant passer il enquille derrière moi. 20 secondes plus tard je me retourne, hop, 10 mètres derrière le jeunot. Une minute plus tard, je ne le vois plus ! On arrive à nouveau sur du plat et passe devant un petit lac. Pas spécialement beau, on avance. Nouvelle plaine, décors de géant, on est ridiculement petit ! Mais on voit déjà ce qui se profilera devant nous 5 minutes plus tard, la deuxième grosse montée. Jusque là on trouve honnêtement ce trek facile. Churup a dû nous renforcer !
Cette dernière montée est un peu plus difficile, mais quand on commence à peiner, on arrive au sommet. Quelques mètres de plat et, PUNAISE !

huaraz laguna69 kevin

S’étend sous nos yeux la lagune 69, surmontée d’une montagne tout simplement magnifique. La lagune est d’un pur bleu turquoise intense. L’eau est transparente. Le soleil provoque des scintillement dans la lagune. La montagne en face de nous est enneigée, ou glacée, enfin on ne sait pas trop, ça brille tellement et l’aspect est particulier, on dirait du plastique blanc ! Il est 12h15. On est donc monté en 2h15 au lieu de 3. On calcule rapidement, ouais, on peut se permettre de glander ici 2h ! Enfin, je ne vais pas beaucoup glander. Alors que Manon se pose à l’entrée du site avec d’autre personnes, je pars en solo pendant près de 1h à crapahuter autour de la lagune pour la voir sous différents angles. Je reviens vers Manon, mis hors service par l’altitude (4500 mètres, ça fait haut pour faire le con pendant 1h). J’ai un mal de tête évoluant plutôt mal, et aucun appétit. Je profite un peu de cette vue du lac beaucoup plus classique, mais qui est honnêtement la plus belle, puis on redescend. À ce moment je me sens vraiment mal, ne pas avoir beaucoup mangé ne m’aide sûrement pas, mais au moins je bois ! Après la première descente, ajouté au mal des montagnes, j’ai les intestins, stimulés par la randonnée qui me font vivre un enfer. À ce stade une seule solution : “Comment chier dans les bois ?”. Encore merci de m’avoir offert ce best-sellers Magali, ça aura été utile ! Je me rappelle d’un passage où ils disaient quelque chose comme “prenez votre temps de choisir l’endroit idéal, quitte à chier, autant en profiter pour avoir un beau paysage”, et avouez que devant une montagne gigantesque à la cime enneigée, une vallée verdoyante sublime, et sous un ciel bleu, on se rapproche de l’idéal non ?

On serait allé encore vachement plus vite en montant les chevaux !

On serait allé encore vachement plus vite en montant les chevaux !

Manon a ce phénomène étrange qui se reproduit : son mal de tête s’accentue durant la descente.   Entre nos pauses diverses et nos douleurs diverses, on mettra 2h pour rentrer, et on arrivera devant le bus à exactement 16h, l’heure de retour indiquée par le chauffeur. On décolle ? Ah, non, c’est sans compter sur ces foutus allemands. Les derniers arriveront avec 1h30 de retard. L’un d’eux ayant sorti son petit réchau et faisant du café ne se presse pas à tout remballer, bref, on part avec 1h45 de retard. Honnêtement on avait espoir que le chauffeur abandonne ici les plus lents ! C’est pas qu’on est pressé, mais ce soir on a une tonne de choses à faire avant de quitter Huaraz -donc en fait, SI, on est pressé !-.

Petite parenthèse pour exprimer ô combien les allemands entre 20 et 30 ans qui voyagent ici sont des emmerdeurs. Tous les groupes que nous avons croisés étaient irrespectueux vis à vis du silence de l’auberge, de laver leur vaisselle, mettre en retard les autres dans les transports en commun, et donc globalement impoli -dire bonjour c’est pour les tapettes ! Bref, si j’étais vulgaire je dirai que ce sont des vrais connards. Oups. Si encore leur langue était belle, mais le contraste avec l’espagnol est tellement énorme, les pauvres ne cumulent que des défauts. Fin de la parenthèse.

On arrive à Huaraz à 20h30, le bus nous lâche en plein centre ville, on retrouve le chemin de l’auberge, et c’est heureux -et sale- que l’on rentre de ce dernier trek, des images pleins la tête -et pleins le numérique. “MERVEILLEUX” décrit parfaitement cette ultime randonnée dont les paysages rivalisent clairement avec ceux rencontrés à Ushuaia. On a été ébloui avec notre premier trek sur le continent, et avec le dernier, le pied !

Le vol de nos vêtements et les alentours de Cusco

À 22h on rentre du Machu Picchu, bien crevé. On laisse Florian puis on fonce récupérer nos sacs dans l’ancien hôtel pour se diriger vers le nouveau. Au passage on prend des trucs à manger, (Florian a eu la bonne idée de nous indiquer que le Mac Do était sur notre trajet !). Le nouvel hôtel est un peu perché, y accéder n’est pas chose facile. Ouf, nous voilà enfin posé : manger et DODO !

On ouvre nos sacs, je lance à Manon : “hey, mon T-shirt marron était sur le dessus, j’en suis certain vu qu’il était encore humide je l’avais mis ainsi, et je le vois plus.”

“Attends Kévin je sais pourquoi”, s’exclame Manon. Je m’enthousiasme à l’idée qu’il soit dans le sien.
Elle bondit : “Mon sac a été fouillé, tout est en bordel jusqu’à la moitié, ils ont tout touché, et il me manque mon autre pantalon”.

Ô desespoir. Le repas passe moyen dans nos estomacs resserrés, on retourne directement à l’ancien hôtel, à 10 minutes d’ici.
Le gardien de nuit nous ouvre (il est déjà 23h). On lui explique le problème, il affirme que ce n’est pas possible la nuit, il est tout seul ici. Bref, il fait le gentil, rassurant, tout le contraire de 2 jours plus tôt quand il m’a croisé dans la cuisine en train de faire des pâtes et qu’il ne savait pas qu’on avait l’autorisation. Il nous dit de revenir le lendemain matin car les autres réceptionnistes ont les accès pour visionner les vidéos, car oui, dans notre malheur c’est un hôtel où il y a des caméras partout. Sur ce, on part, mais j’aime bien les choses carrées, et le gars ne m’inspire pas, on interpelle donc la police depuis la place des armes de Cusco.
On leur explique l’histoire, et on retourne avec eux à l’hôtel. L’attitude du gars de la sécurité change. Il est beaucoup plus gêné, stressé, mais leur débite le même discours.
Les flics nous emmènent faire une déposition au poste. Ils écrivent tout à la main, c’est long, on rentrera à l’hôtel à seulement 2h du matin, après avoir conclu qu’on retourne à l’ancien à 7h pour visionner les vidéos avec la police. Après cette énorme journée petit moment de bonheur : prendre une douche ; mais ça ne sera pas possible car la pression d’eau n’est pas assez puissante à certaines heures -dont la nuit- pour atteindre le 3ème étage de l’auberge. Du coup, petit dodo, sale.

Après à peine 5h de sommeil, la fatigue accumulée se ressent, les courbatures des jours précédents nous disent “Coucou !”, mais à 7h on est bien à l’hôtel, beaucoup trop stressé, angoissé et énervé pour dormir. Sur le fond c’est qu’un T-shirt et un pantalon. Mais l’acte même de se faire voler, se faire fouiller la seule maison que l’on a depuis 4 mois, c’est pas facile à encaisser, je dirais même plus, c’est assez difficile.

La belle place sans ombre de Cusco

La belle place des armes sans ombre de Cusco

Bref, à l’hôtel la femme de la réception, qui est la seconde du propriétaire, affirme que seul ce dernier a le mot de passe pour accéder aux vidéos. Déjà la veille le gardien avait essayé de le joindre, mais ça paraît mission impossible car il est en vacances à Lima, et ils ne savent pas quand il revient. C’est fou. Propriétaire de plusieurs hôtels et le gars est injoignable. La femme de la police judiciaire nous explique qu’il n’y a pas grand chose à faire tant que le propriétaire ne coopére pas. Il est d’ailleurs connu pour ne pas coopérer facilement. C’est plutôt balo.
“Et si il meurt, y’a aucune solution de secours pour visionner ces vidéos ?” lui lance t-on exaspéré.
La femme de la réception dit qu’elle va convoquer tout le personnel et nous tenir au courant.

On rentre à l’hôtel, et vous vous doutez que notre journée est très très moyennement productive, physiquement parlant en tout cas, car le cerveau lui, il fuse. En réfléchissant on se dit que le coupable est très certainement un employé, et qu’il devrait rendre les affaires en espérant qu’on retire la plainte. En effet, un touriste n’a pas accès à cette salle et n’aurait pas volé juste 2 vêtements, n’aurait pas pris le temps de tout enlever du sac et tout remettre correctement. Seul un membre du personnel de l’hôtel a pu prendre ce temps, un personnel qui a les clés, et qui pensait qu’on partait de la ville vu qu’on n’avait pas réservé d’autres nuits, un personnel qui ne pensait pas qu’on s’en rendrait compte et pensait qu’on ne reviendrait pas pour ça et encore moins avec la police. Quelqu’un comme le personnel de ménage qui manque d’argent alors qu’il a un travail prendrait-il le risque de le perdre ? Ou plutôt le type de nuit qui aurait voulu se venger de notre présence dans la cuisine et le ton froid avec lequel je le remballais, qui avait le temps vu que la nuit il n’y a pas beaucoup de passages et qui paraissait stressé devant les policiers ? Nos soupcons portent sur lui, mais on garde ça pour nous.
On retourne au lit, exténué. Anecdote classique ici, il ne faut pas lâcher ses affaires dans n’importe quelle lingerie. On récupérera les nôtres en fin de journée lavées uniquement à l’eau, résultat, ça sert pas à grand chose, mais ça coûte 3€. Cette première fois en laverie sera donc une dernière, mieux vaut continuer à tout laver à la main.

Le mercredi 6 août 2014, on toque à notre porte dans la matinée. C’est la femme de l’ancien hôtel qui cherche à nous joindre et a donc appelé le nouvel hôtel. Elle voudrait que l’on vienne. Hop hop hop, on sort du lit et 15 minutes plus tard on se retrouve devant elle, nous expliquant que les personnes faisant le ménage ont dit avoir trouvé des vêtements dans la chambre 301.
“On sait tous les 3 que c’est faux n’est-ce pas ?”.
Elle nous montre un premier sac avec un pantalon qui n’est pas à nous. Serait-ce un test qu’elle nous fait passer ? Mon cœur bat la chamade, au deuxième sac : mon t-shirt suivi du pantalon de Manon, explosion de joie intérieur !
Elle nous demande de retirer la plainte pour l’image de l’hôtel, qu’elle va s’occuper du coupable et qu’il ne travaillera plus ici dès demain.
Elle dit que le coupable est une personne qui a besoin d’argent, et qui n’est là que depuis 2 semaines. D’un air désintéressé je demande si c’est un garçon ou une femme. En réalité je sais très bien que seul UN garçon travaille ici 🙂
Elle s’embrouille un peu, semble incertaine, puis répond qu’elle ne sait pas qui est le coupable, elle n’a que des suppositions, qui seront confirmées quand elle verra les vidéos. Manon semble ok pour retirer la plainte, en revanche la femme voit bien que je ne suis pas chaud du tout. Il y a un voleur dans cet hôtel et je veux être certain qu’il ne recommencera pas. La femme a beau être gentille, on pense aux futurs touristes, on laissera donc la plainte afin que la police poursuive la procédure judiciaire, visionne la vidéo et coupe les mains du voleur pour que justice soit faite.

Bon et sinon Cusco c’est comment ? La ville est plutôt jolie -commentaire très objectif bien sûr-, bien que lors de notre passage, des axes principaux du centre ville soient en GRAND CHANTIER. Autour de la place des armes on se fait littéralement emmerder chaque mètre pour des excursions par-ci par-là, mais surtout pour aller faire le Machu Picchu. Bizzarement, les racoleurs ne nous ont plus proposé d’excursions pour le Machu Picchu après qu’on y soit allé. Nous devions probablement suite à notre trek, dégager des essences spirituelles que seul le peuple de Cusco peut ressentir. On tente aussi de nous vendre des tas de bricoles inutiles, mais ceci est assez redondant dans les grandes villes peruviennes apparemment -c’était pareil à Arequipa.

Soulagé d’avoir récupéré nos vêtements, on se sent déjà plus apaisé et on ne sera pas laxiste aujourd’hui. Programme de cette journée qui commence bien : visiter les ruines les plus proches de la ville, et en mode “sans excursions”. On profite du petit déjeuner de l’hôtel à volonté avec vue sur la ville histoire de prendre des forces ! En début d’après-midi, après avoir vérifié avec l’office du tourisme comment s’organiser, on choppe un bus de ville allant à la ruine la plus lointaine (à 30 minutes de là), elle s’appelle Tambomachay. Pour accéder aux sites de la journée, on achète dès le premier un ticket dit “partiel” à 70 soles (20€) chacun. Le billet “total” à 130 soles permet de visiter encore plus de ruines, plus lointaines, mais on se dit qu’on manquera de temps les jours suivants.

Une rue de Cusco avec son vendeur. Une vue classique ici

Une rue de Cusco avec son vendeur. Une vue classique ici

Ce premier site, Tambomachay -photo tout en haut de cette article-, c’était une sorte de station balnéaire Inca. On se sent déjà fatiguė en montant la bute permettant de découvrir tout le site, il semblerait qu’on ait encore du Machu Picchu dans les pattes ! En même temps quelle idée d’aller se percher à chaque fois !
A 10 minutes d’ici en marchant, on découvre le second site, une place forte Inca nommée Pukapukara. Tout ça se visite très vite, les sites sont assez petits. En s’attardant : 10 minutes et le tour est fait.

À la sortie, un gars nous aborde, très sympa, et nous confirme comment rejoindre le prochain site : soit marcher 1h, soit prendre un bus. Le choix est vite fait, et 10 minutes plus tard on est à Q’enqo. A l’entrée, un guide propose ses services : “Ce site est très important et intéressant, les incas y faisaient des sacrifices pour les dieux, sur la pierre centrale”. Bon, ben du coup on sait l’essentiel non ? Merci ! Ce site est encore plus petit, on en sort et une femme du parc archéologique débauchant nous propose de nous accompagner vers le prochain site. Elle nous montre la voie, on continue seul, passant sur de grandes plaines avec moults personnes jouant aux cerfs-volants. D’un côté le site que nous cherchons, de l’autre la statue San Cristobal, comme celle de Rio de Janeiro. L’accès est gratuit ? Et ben petite boucle pour la voir de plus près, et admirer la vue sur la ville de Cusco puis nous recoupons à travers champs pour accéder au dernier site prévu : Saqsayhuamán.
Des blocs de pierres impressionnants, mais les derniers jours de fatigue se ressentent, et on fait l’impasse sur le fait de monter sur une quelconque bute pour admirer le site entier. D’autant plus que ce site, contrairement aux autres, est très grand, mais surtout envahi de touristes ! On se contente de marcher sur du plat dans ce dernier lieu Inca, puis nous regagnons Cusco en contrebas. Pour info, faire cette journée de visite par nous même plutôt qu’en excursion nous a coûté (hors billet d’entrée) 1€ à 2 au lieu de 20€.

Petite anecdote du soir. En remontant la longue pente menant à l’hôtel, dépité de ne pas avoir trouvé de pain, on apercoit une femme avec plein de pain, rentrant probablement chez elle. On lui demande où elle l’a trouvé, elle nous répondra que tout est fermé à cette heure là et nous donnera gracieusement un des siens. Les petits gestes qui nous surprennent, les Peruviens sont parfois louches, et d’autres fois très adorables. 🙂

Le 7 août sera une journée de repos, histoire de se remettre physiquement et de toute façon, ça pleut ! On a bien fait de pas aller visiter les ruines encore plus lointaines. Le lendemain, on recroise une ultime fois Katia et Julien, les 2 français qui nous avaient conseillé l’hôtel où nous sommes. Avant de partir de l’hôtel, (ou plutôt l’auberge d’ailleurs) le personnel qui s’en occupe est une fois de plus adorable. Ils nous conseilleront pour notre prochaine destination, Nasca, quelle compagnie prendre si on veut survoler les lignes, et ils nous conseilleront également des lieux d’hébergement pour les villes suivantes de notre périple. “La Casa Del Inca” est clairement une superbe auberge, tant pour la vue sur la ville -que nous avions en sortant de la chambre et au petit déjeuner- que pour ses propriétaires qui nous feront des câlins avant que nous partions.

Sur le coup des 18h, nous quittons Cusco en bus de nuit. Manon ne sait toujours pas si elle va vouloir survoler les mystérieuses lignes de Nasca, moi je suis chaud. C’est parti mon kiki !

Cusco et son fameux Machu Picchu

L’heure péruvienne semble aussi approximative que l’heure bolivienne, on arrive à Cusco à 8h30 au lieu de 7h du matin. Pour une fois tant mieux, j’ai pu dormir un petit peu plus !

Le programme est simple : petit déjeuner, trouver un hôtel, se renseigner sur les excursions. Bizarrement on trouvera un hôtel avant de petit déjeuner, mais c’est pas plus mal ! On se renseigne ensuite dans cinq ou six agences différentes afin de comparer les prix et les façons d’accéder au fameux site du Machu Picchu. Le train à prendre pour accéder au site est très cher, ça double facilement les prix, mais on ne met que 3h pour y aller. On a notre temps, donc on opte pour le contournement des montagnes, soit 6h de trajet en bus auxquelles il faut ajouter deux heures de marche pour accéder à la ville la plus proche du Machu Picchu, qui a le doux nom de Aguas Calientes (les eaux chaudes).

Nos 24 prochaines heures seront ponctuées de retrouvailles fortuites. On retombe sur Gintè et Ieva, les 2 lituaniennes, sur la place des armes, puis sur les 2 français le lendemain (rencontrés dans le bus entre Copacabana et Arequipa) : le monde est petit ! On fera entre temps une excursion pseudo-gratuite de la ville afin de s’imprégner de son histoire et ses anecdotes. “Pseudo” car quand je donne un pourboire au guide, il me lance : “Ah mais non, la participation minimale est de 10 soles”. Ben gratte-toi, 6 ça ira.

Dimanche 3 août 2014, 7h45, c’est parti pour le Machu ! Enfin 7h45 c’est sur le papier, on est censé attendre devant l’hôtel qu’on nous prenne. En réalité on dépose nos gros sacs dans un local sécurisé à l’hôtel, puis on se rend directement à l’agence en ville. Je vous épargne les détails, mais l’organisation est surprenante. On quitte Cusco avec plus de 1h de retard.

Discrimination évidente : vieux avec cannes ou fauteuils roulants ne peuvent franchir certains obstacles

Discrimination évidente : vieux avec cannes ou fauteuils roulants ne peuvent franchir certains obstacles

Malgré la fatigue de la petite nuit qu’on a faite, mes yeux restent scotchés aux paysages qui s’offrent à nous : SU-BLIMES. Les montagnes paraissent gigantesques, le cours d’eau que nous longeons apporte un petit plus, tout comme les cascades que nous croiserons. La route se fait ensuite plus terreuse, à flanc de montagne, les bus doivent s’arrêter si ils se croisent, on ne voit pas le fond du canyon qui nous nargue, on ose à peine regarder. On passe par un pont en bois, large comme le bus, à se demander comment il tient encore. On a bien les boules quoi ! Du coup, on essaie de dormir pour ne pas regarder notre potentielle mort arriver.

Le bus arrive à ce que l’on appelle l’ “hydroélectrica”, notre destination, avec 1h30 de retard. On change de guide. Enfin, on n’a pas trop la même notion de guide, car en fait il nous indique où aller avec des explications, puis se barre en train. On mange puis on enquille avec le groupe (environ 10 personnes) sur le chemin nous menant à Aguas Calientes, la ville touristique la plus proche du Machu Picchu. Il s’agit principalement de suivre les rails, c’est pas trop dur, mais surtout, le paysage qui s’étend devant nos yeux est à nouveau sublime ! Les roches dans le lit du fleuve sont très particulières : énormes, lisses et blanches. Tout parait démesuré ici. On se sent perdu dans la nature (bon y’a quand même la voie ferrée hein) et c’est carrément agréable.

La faute à la fatigue, Manon à des baisses de tension ce qui devient handicapant, d’autant plus que le chemin est parfois assez limite côté sécurité : l’absence de pont nous oblige à traverser des parties de rivières en passant sur les rails, entre-coupés de vide.
Au bout d’un peu plus de 2h de marche et de pauses on arrive à Aguas Calientes. Il fait déjà nuit depuis 30 minutes, j’ai la frontale sur moi depuis lors.

Le guide nous avait dit qu’il nous attendrait dès 18h sur la place principale. Pourtant à 18h30 toujours personne. Pendant ce temps on retrouve petit à petit ceux du groupe. Le guide arrive enfin, et nous explique que vu qu’on est dimanche ils n’ont pas pu acheter nos billets à Cusco. Du coup c’est à nous de faire la queue ici. Étonnement il demande à certaines personnes du groupe de prendre les passeports des autres et faire la queue. Plus étonnant, je me retrouve avec 4 passeports dans les mains, dont 2 Coréens, et à faire la queue pendant 30 minutes. Je suis HS au fait. J’avais oublié de le préciser ! Manon reprend doucement et n’a plus de baisses de tensions.

Se lever tôt vaut le coup ! L'aube durant notre ascension...

Se lever tôt vaut le coup ! L’aube durant notre ascension…

Une fois les billets pour le Machu Picchu en poche, nous voilà en route pour l’hôtel. Il est 19h20 quand on y arrive, on fonce prendre une douche, enfin, ça c’est ce qu’on espérait, on est les seuls à avoir une salle de bain où le système d’eau chaude ne fonctionne pas, le robinet semble bloqué. Le problème ne paraît pas récent, contrairement à ce qu’affirme le personnel de l’hôtel.
19h50, ça traine. On leur demande à changer de chambre car à 20h le guide doit nous emmener au restau, et on veut prendre une douche, mais vraiment, ça devient vital : on n’est pas des boliviens nous ! 🙂 Hop hop hop, nouvelle chambre, douche qui fonctionne, puis restau. On notera l’humour des péruviens au restaurant : “Poulet avec frites, salade composée et riz”. On est 3 à notre table à ne demander que des frites. Les plats arriveront sans prendre en compte notre requête, et la salade composée pour eux c’est : une rondelle de concombre et une de tomate, véridique.

On fonce à l’hôtel se coucher, il est 22h30. Dans 5h30, debout pour voir le lever du soleil sur le site.
Lundi matin, 4h, debout tout le monde ! Équipés des lampes frontales, on se dirige à 20 minutes d’Aguas Calientes au petit village de Machu Picchu Pueblo. Il y a déjà une longue queue. 5h, ça ouvre, on montre passeport et billet d’entrée, et à 5h15 on commence l’ascension pour accéder au site. La veille le guide nous avait prévenu que monter durait environ 1h30. 45 minutes à 1h pour les sportifs, et pour les autres, 2 bonnes heures, voire la journée (petit plaisantin !). La montée est rude, pire que Blue Mountain en Jamaïque -et oui, on en parle encore régulièrement de cette journée de m**de-, tout simplement parce que c’est assez raide et surtout qu’il n’y a que des SALOPERIES DE MARCHES ! Monter une pente est beaucoup plus facile que donner des acoups à chaque marche. La fatigue et la montée ont un effet synergique assez puissant qui nous oblige à faire des pauses toutes les 5-8 minutes. Pendant nos micro-pauses on admire les premières couleurs de l’aube, et les montagnes qui se découvrent derrière nous. C’est magique.

On enchaine, beaucoup de personnes font des pauses, on se dépasse les uns les autres régulièrement, puis on croise lors d’une pause l’ami chilien de Gintè et Ieva ! Il monte comme une furie, pied nus ( !!!! ) et se permettra avec élégance de jouer de la flûte lors d’une de ses rares pauses.

Photo classique du site, mais avec un Kévin devant, ce qui est déja plus rare

Photo classique du site, mais avec un Kévin devant, ce qui est déja plus rare

6h20, soit 1h05 après notre départ, je suis sur le point de faire une pause, je vois un abri et lance à Manon :
“1 minute ici et on repart”
“Hey regarde, on est arrivé !”, s’extasie Manon.
Punaise, le con, je me serai arrêté à 15 mètres du but !

Nouvelle file d’attente, cette fois pour entrer sur le site même. Sauf que là, il n’y a pas que les warriors (guerriers) qui ont gravi les marches, y’a aussi ceux qui ont payé 10€ pour monter en bus : FAIGNIASSES ! :p

Gintè et Ieva nous rejoignent dans la file, on passe les contrôles avec succès (c’est pas les boîtes Lyonnaise ici !), et pendant qu’on cherche le guide qui nous fera découvrir le site pendant les 2 prochaines heures, on commence à être ébloui par ledit site. Y aller aussi tôt n’était pas pour rien : alors que l’on attend que la visite guidée démarre, les montagnes au loin laissent le soleil s’échapper et inonder progressivement le Machu Picchu de sa lumière matinale. C’est fabuleux, vraiment. Pour moi, la beauté de ce que je vois, le site, les montagnes autour, tout ça n’est certes pas 100% naturel comme Ushuaia, mais ça rivalise énormément, on en prend plein les mirettes. C’est pas possible de quitter ce monde sans avoir vu ça.

La visite guidée se déroule tranquillement, la fatigue revient de plein fouet : nos jambes flanches, c’est chaud patate ! À 9h la visite est finie, le site est à nous (et à quelques centaines de touristes), on s’y promène et on prend des photos par-ci par-là. Je suis vraiment admiratif de ce peuple : arriver ici il y a plus de 500 ans et aller construire (tailler), élaborer, un site aussi énorme, aussi haut et loin de tout. Impressionnant, comment faisaient-ils ? Si seulement on pouvait voyager dans le passé et observer les Incas.

Pivotez votre tête sur la droite, puis admirez les montagnes de derrière ayant la forme d'un visage Inca. Pas mal hein ? Le nez correspond au Wayna Pichu

Pivotez votre tête sur la droite, puis admirez les montagnes de derrière ayant la forme d’un visage Inca. Pas mal hein ? Le nez correspond au Wayna Pichu

Sur le coup des 11h, après presque 2h à barouder et apprécier les lieux, on les quitte après avoir tamponné nous-même MACHUPICCHU sur nos passeports.. Les touristes commencent à affluer en masse, la circulation devient presque désagréable à certains endroits du Machu. C’est parti pour 40 minutes de descente (les marches sont toujours aussi peu agréables), suivi de deux heures pile poil pour rejoindre hydroelectrica, le point de rendez-vous.

Les guides n’arrêtaient pas de nous briefer pour dire d’être absolument à 14 heures au point de rendez-vous, sinon on pouvait rester bloquer ici. Seulement si nous nous sommes à l’heure ; le guide qui nous place dans les bus arrive bien plus tard. l’organisation paraît à nouveau très aléatoire mais au final on est chanceux on part dans les premiers, vers 15h.

Le trajet est censé durer à nouveau 6h, ne changeons pas les bonnes habitudes, il en mettra 7. Le trajet ne sera pas de tout repos : entre la pause bouffe, où on descend puis on voit le bus se barrer et ne revenir qu’après 20 minutes (il est parti sans prévenir pour prendre de l’essence), la pause “lavage de bus” où ce dernier se fait arroser alors qu’on est à l’intérieur et les joints de vitre ne sont pas de première jeunesse, la “pause pipi en haut d’une bute uniquement pour le chauffeur, les autres peuvent se faire dessus” et le français, Florian, avec lequel on parlera pendant tout le trajet, on arrive à destination totalement HS. Et malheureusement, on n’est pas encore couché vu ce que l’on va bientôt découvrir.

machu panorama

—- QUELQUES INFORMATIONS PRATIQUES SUR LE MACHU PICCHU —-
Cette partie est destinée uniquement à ceux qui souhaitent des informations sur “comment ça se passe, que faire, et comment ?” car pour nous ça a été un vrai bordel de comprendre. Chaque personne que nous rencontrions avait fait le Machu Picchu d’une façon différente et nous ne comprenions pas très bien comment tout cela se passait. On va donc vous donner quelques pistes 🙂

Le mieux est un petit plan pour comprendre ce qu’il y a entre Cusco et le Machu Picchu.

Cliquez l'image pour l'agrandir

Cliquez l’image pour l’agrandir

Tout d’abord, l’entrée au Machu Picchu est d’environ 35€, et est inclu dans le prix des 3 premières options que je détaille ci-dessous.
Plusieurs solutions suivant le temps et l’argent dont on dispose. Nous on a fait le plus économique, soit le premier cas présenté.

Option 1 – Machu Economique en 2 jours
Budget approximatif (car tout est toujours négociable ici): 100€/personne
(Le budget comprend : le transport, le déjeuner, le dîner, une nuit d’hôtel, le petit déjeuner, le guide et l’entrée au Machu.)
Le trajet vert : 7h de bus jusqu’à l’hydroélectrica, et de là 2h de marche jusqu’à Aguas Calientes le long du chemin de fer. Le lendemain ascension d’une heure pour aller jusqu’au Machu Picchu. Environ 2h de visite guidée puis temps libre sur le site. Ensuite on a tout refait en sens contraire. C’est l’option la plus fatigante physiquement.

Alternativement, vous pouvez aussi prendre un bus au lieu de faire l’ascension le matin, puis la descente. Chaque trajet coûtera 8€ environ pour 20 minutes de bus.
Vous pouvez également prendre le train entre hydroelectrica et Aguas Calientes. Rajoutez au moins 25€ par trajet.

Option 2 – Machu en train sur 2 jours
Budget approximatif : 170€/ personne
Cusco – Ollantaytambo en bus, ça prend 1h30
Ollantaytambo – Agua Calientes en train, ça prend 1h30
Dormir à Aguas. Puis le lendemain au choix comme précédemment (ascension en bus ou bien à pied). Retour en train puis bus comme pour l’aller.
Comme vous pouvez le constater, le train est très cher.

Notons que dans ces 2 options vous ne passez qu’une nuit à Aguas Calientes.

Options 3 – Rando sur plusieurs jours
Les budgets peuvent éclater ici. Il s’agit de prendre le bus jusqu’à Ollantaytambo, ensuite d’emprunter le train jusqu’au km 82 puis descendre et débuter le chemin de l’Inca. Vous en aurez pour 3-4 jours au total, dormirez en tente, et vous aurez un guide. Les prix, à titre d’information, dépassaient les 350€/personne.

Alternativement, vous pouvez plutôt descendre au km 104 pour rejoindre une parti du chemin de l’Inca. Mais il faudra que vous aillez au préalable (plusieurs semaines avant) acheté le billet autorisant l’accès au chemin. Le nombre de visiteurs par jour étant limité.

Option 4
Démerdez-vous ! Non sérieusement, il est tout à fait possible de tout planifier soit même, faire le chemin de l’Inca sans guide, ce qui est sûrement très intéressant si vous êtes un randonneur expérimenté. Ça prend du temps, et beaucoup de choses sont à anticiper, tel que le billet pour emprunter le chemin de l’Inca, à acheter plusieurs semaines avant votre expédition, ainsi que tout billet de train ou d’hôtel que vous voudriez.

En plus :
Le Wayna Pichu est une montagne en face du site du Machu Picchu (c’est le nez de l’Inca quand vous faite pivoter les photos du site sur votre droite). Il faut acheter son billet plusieurs mois à l’avance car là aussi il n’y a qu’un nombre de visiteurs limités par jour. Elle est très haute, et les escaliers pour arriver à son sommet sont raides (après ce qu’on s’était tapé on était content de ne pas avoir à le gravir !)

Et voilà, il existe bien entendu d’inombrables autres possibilités : vous pouvez faire du vélo, ou bien d’autres randos autour du Machu Picchu. En espérant que ces quelques informations puissent être utiles à des curieux 🙂

Copacabana et la beauté du lac Titicaca

Le trajet la Paz Copacabana est marqué par un passage en bateau. Mais ce n’est pas le bus qui monte sur un gros bateau, non non, c’est nous qui montons dans un petit bateau à moteur. On est ainsi une quinzaine de personnes par bateau à traverser le lac Titicaca. 20 minutes de trajet, et on attend de l’autre côté le bus, qui lui est seul sur une embarcation à laquelle je ne ferai personnellement pas très confiance ! Mais bon, les boliviens si, et tant mieux, le bus arrive -avec nos sacs !-. Les paysages sont très beaux avec cette eau de la même couleur que la méditerranée mais au pied des collines.

On trouve rapidement un hôtel très sympa, chambre spacieuse, confortable, waouuuuu, ça fait du bien une bonne surprise ! Petit balcon avec vu sur le lac, et …. Hey, le coucher de soleil c’est pour bientôt ! On paye directement 2 nuits, et on descend voir le coucher de soleil. On tombe ensuite sur une femme d’agence d’excursion très gentille (c’est rare, donc assez important pour être souligné), qui nous expliquera que faire et que voir dans la ville et aux alentours.
En allant trouver un endroit pour manger, une française nous aborde, Justine, 25 ans, qui voyage depuis 9 mois en Amérique latine et cherche désespérément avec son copain, Vincent, un endroit pour dormir. Après une bonne demie heure à papoter, ils nous donnent terriblement envie d’aller au Costa Rica ! Le temps de s’échanger nos contacts, et ils iront dans le même hôtel que nous -mais ça, on le saura que 2 jours plus tard, quand ils partiront ! Dommage.-
Alors que l’on mange, on constate que pour une ville très touristique, les boliviens ne sont pas du tout dans la même mentalité que nous côté restauration : 40 minutes pour un plat de pâte quand vous êtes les seuls dans le restaurant. Et on le vivra ainsi à chaque restaurant. Ah et aussi, le chauffage est une option dans les restaurants ici, ne comptez pas vous sentir bercer par une douce musique et la chaleur d’un feu, au mieux vous aurez un petit peu moins froid que dehors, et vous aurez la télé allumée avec une série alacon genre “les feux de l’amour” version espagnol.

On a parfois laissé le guide partir loin devant pour profiter du lieu, que du bonheur !

On a parfois laissé le guide partir loin devant pour profiter du lieu, que du bonheur !

Le lendemain matin à 11h le réceptionniste frappe à la porte pour nous dire qu’il y a le check-out. Euh, on reste 2 nuits, t’es vachement organisé toi ! Visite de la ville, de l’énorme église sur la place principale, et de Calvario, un mirador au sentier très catholique inspiré du chemin du christ, avec des croix à plusieurs étapes. C’est haut, c’est dur, mais la vue sur la ville est vraiment belle.

La fameuse Isla del sol -“Île du soleil” pour le néophyte !- sera pour le lendemain, le jeudi 24 juillet. Deux heures trente de petit bateau pour atteindre l’île, en même temps le trajet est pas cher, 4€ chacun aller-retour. Le bateau nous dépose au nord de l’île, d’où on marchera jusqu’au sud. Un guide fait son apparition dans le bateau, il pue, mais vraiment -c’est assez fréquent ici, mais je comptais tout de même le souligner pour que vous vous imprégniez de l’ambiance-. En descendant on se fait taxer chacun 2€ pour accéder à l’île. On arrive alors aux ruines ! Enfin, on a tellement été habitué à voir de beaux vestiges, que là on est très déçu : une table type camping français faisant office de table de sacrifice, quelques restes de maisons à moitié enfouis, et…. Ce sera tout, on part en direction pour le sud de l’île. Avant cela le guide demande une contribution de 1€ chacun. On ne sait pas si on va le suivre, et de toute façon on préfère payer ce type de prestation après, et non en avance.

Le groupe part sur le chemin, on les suit de visu. Le guide s’arrête de temps en temps pour expliquer des choses, des anecdotes, l’histoire de son peuple. Quand il nous a abordé dans le bateau il l’a joué genre “il y a 2 ans je ne parlais pas un mot d’espagnol, et je fuyais les touristes.” Mais ça passe moyen désolé, il semble juste essayer d’attirer la sympathie et la pitié, et ça on n’aime pas !

Si nous sommes déçus par les 2 ruines qui se battent en duel, en revanche les paysages seront somptueux durant tout le trajet. On atteindra les 4500 mètres sauf erreur de ma part, c’est haut pour faire une rando de 3h, mais on gérera plutôt bien physiquement. Sur le trajet on échange quelques mots avec des français. L’un deux, ou plutôt l’une, nous raconte qu’elle est habituée à la Bolivie, mais qu’une semaine plus tôt, 2 jours après être arrivée à la Paz, elle s’est fait embarquer par un faux flic, avec un autre touriste et un taxi complice qui lui ont volé argent et téléphone. Quelques jours plus tard, c’est son sac à main dans un restau qui disparaît. Que du bonheur ! On se dit qu’on a de la chance, d’autant plus qu’on baissait notre garde récemment. Apparemment ce sont souvent des péruviens qui ferait ça en Bolivie…. En tout cas c’est ce que disent les boliviens (et menteurs comme ils sont… Qui croire ?).

Le chemin sur l'Isla del Sol me faisait penser à la muraille de Chine, bien que je ne l'ai jamais vu de mes propres yeux ! -pour l'instant-

Le chemin sur l’Isla del Sol me faisait penser à la muraille de Chine, bien que je ne l’ai jamais vu de mes propres yeux ! -pour l’instant-

Plus loin sur le chemin, le guide fait une pause pour nous demander ses 2€. Si c’est pas une raclure sérieux. Encore plus loin des gamins font barage devant nous pour nous demander de l’argent, un gamin insistant pose la main sur mon sac, je l’expulse ; pendant ce temps Manon pousse une gamine sur le côté du sentier car trop insistante et invasive. Vous comprendrez que c’est pas à eux qu’on lâche des bonbons 😉
Encore plus loin, juste avant d’arriver au village Sud, là où on reprendra le bateau, on nous retaxe 1€ pour 2. Le groupe est un peu loin devant, on prend du retard à force de flâner, mais on les voit au loin. On les rattrape dans la ville juste avant pleins de zigzagues en précisant au guide qu’il y a 2 vieux argentins qui sont du groupe et qu’il a dû oublier derrière vu qu’on ne les voit plus. Il fait le signe de “Mince alors”. 20 minutes plus tard on retrouvera ces 2 argentins retraités furieux au bateau, ils n’ont jamais revu le guide. Bref, la journée se termine, tout le monde est HS dans le bateau, les filets de baves vont et viennent avec la houle.

Le vendredi sera du repos, en dehors d’un fait marquant et choquant. Dans une boutique du marché, qu’elle ne fut pas la surprise de voir en guise de jouets des bébés lamas empaillés (ou en décomposition ?), à l’apparence cadavérique. Ça nous a glacé le sang. Ce peuple est certes très différent culturellement, mais entre des affiches de momies à Uyuni et des jouets morbides, on a vraiment du mal avec les boliviens et leurs petits plaisirs !

14h, le samedi 26 juillet on va en direction de Pachataka, ou “Horca del Inca”. Des ruines Inca à côté de la ville, donc faisons-le à pieds. On se lance, ça monte sec, “10 bolivianos pour passer” est affiché sur une pancarte, mais il n’y a personne, à la bonheur ! Ça monte de plus en plus sec, et la vue derrière nous se profil sur la ville et le lac. On arrive sur ce qu’on pense être les ruines, je dis bien “on pense” car c’est pas flagrant, on dirait juste que la montagne a été un peu taillée à certains endroits, à moins que ce soit une forte érosion. On voit tout de même l’arche “Horca del Inca”. On continue de grimper, cette fois ce n’est plus des marches, on escalade la montagne pour se trouver un endroit tranquille, sans personne -bien qu’il n’y avait que peu de fous pour monter ici-. On admire alors la vue, qui franchement vaut le coup ! Le temps de prendre quelques photos, vidéos, et 20 minutes plus tard on redescend.

On arrive devant une poste -pour envoyer du courrier bien sûr-, personne. Deux français sont aussi là, ils voulaient des enveloppes. Une femme nous voit tous les 4 et dit que le lendemain il y aura quelqu’un. Manon sent bien le “je me débarrasse de vous”, et ne préfère pas dégoûter les autres français en leur expliquant ce qu’elle ressent, ils auront bien le temps de le découvrir ! En attendant, on leur montre où trouver des enveloppes (on a mis 30 minutes à en trouver la veille, autant leur faire gagner du temps).

Grimper c'est dur, avec l'altitude c'est amplifié, donc dur dur -Copacabana en fond, durant l'ascension à Horca del Inca-

Grimper c’est dur, avec l’altitude c’est amplifié, donc dur dur
-Copacabana en fond, durant l’ascension à Horca del Inca-

Dimanche 27 juillet 2014. La journée s’annonçait cool sur le papier : une visite pépère à faire, passer à la poste et écrire le bilan de la Bolivie, mais c’était sans compter sur nos amis boliviens ! “Plus de place dans l’hôtel”, on ne peut pas rester cette nuit nous annonce le réceptionniste à 8h50 du matin, alors qu’on est bien frais durant le petit déj. Un détail que j’ai omis de préciser, mais ici l’air est très sec, on se réveille 4-5 fois par nuit avec la bouche complètement sèche -pourtant on est au bord d’un lac, comme quoi…-. On trouve un autre hôtel où on ne peut se poser qu’à 13h. Pendant ce temps on essaie d’accéder à la poste, personne, et impossible de trouver des timbres dans la ville. Trois jours sans poste malgré les heures d’ouvertures affichées, vive les villes touristiques boliviennes ! Même la “Mairie” et les policiers qu’on est allé voir ne savaient pas le pourquoi du comment. Avant 14h on repasse, toujours les mêmes lettres derrière la vitre, des choses ont été déplacées, mais toujours personne. Pendant qu’on cherchait des timbres on est passé dans une librairie, personne dedans. On patiente 2 minutes, toujours personne. Bon. Il faut savoir que c’est jour de fête ici les dimanches, toute la ville est bouchée par les voitures, elles font la queue. Pour quoi ? Pour passer devant la cathédrale de la ville et se faire bénir, eux et leur voiture -sans déconner !-. Les voitures sont d’ailleurs toutes décorées avant d’arriver devant l’église et se faire bénir, les gens y placent des fleurs, un chapeau bolivien scotché sur le toit, beaucoup de couleurs ressortent de tout ça. Au passage les gens s’amusent à balancer des pétards par-ci par-là :
“Attention Manon le gars…” *PAPAPAPAPAPAPAPAPAPAPAPAPA*
Même pas le temps de la prévenir qu’un gars en fait péter juste à nos côtés. Des fous ces boliviens, déjà qu’habituellement… Alors en liesse !

Pour le dernier après-midi en Bolivie, il ne nous reste qu’une chose à voir et également accessible à pieds : El Asiento del Inca (le siège de l’Inca). C’est pas loin du tout. En arrivant sur le site, de loin on se dit que c’est vraiment des ruines, en effet. Un gars nous accoste, il paraît bourré et était précédemment posé avec sa petite famille. Il nous demande des sous, je lui filerai des bonbons. Et hop, on passe. Plus loin on tombe sur des gamins, genre 5 et 7 ans. Ils commencent par nous montrer des vers avec lesquels ils jouent, on les questionne donc :
“Ils viennent d’où ?”
“Du caca juste là”.
Ah oui, effectivement… Puis ils proposent de nous expliquer l’histoire des ruines moyennant quelques bolivianos. 3 bonbons et ça passe. Avouez que c’est cool de tout payer avec des bonbons que vous aimez pas, non ? Le plus grand parle vraiment comme un guide, impressionnant ! Mais au bout de 5 min il dérive de plus en plus sur sa nature d’enfant. Après leur avoir dit d’arrêter de massacrer tout les arbres que l’on rencontre (leurs fleurs contenaient du jus, mais ils les massacraient et les balançaient …), on les laisse et retourne flâner dans les rues de Copacabana. On demande à une jeune commerçante le pourquoi du comment de la fête autour de l’église, on aura des bribes de réponse entre son air détaché et son regard fuyant, classique quoi.

Le soir on aura encore quelques emmerdes au restau : 20 min après la commande une femme nous dit que le chef est pas là et qu’on doit partir….. OK ! Et pour changer dans le second restau on a eu l’impression que je le jeune qui nous servait allait se suicider devant nous vu la gueule qu’il tirait. Classique quoi ! Bref, une bonne journée remplie de petites contrariétés, histoire de bien nous remontrer ce que c’est la Bolivie, la vraie telle qu’on l’a vécue durant ces 3 semaines et demi.

Lundi 28 juillet, tchao les boliviens. Dernière tentative à la poste, ils tentent de nous faire tourner en rond une fois de plus. Non merci. Manon n’enverra pas de carte depuis la Bolivie. On espère laisser leurs odeurs, leurs maladies, leurs visages suicidaires et leurs morbidités ici, vive le Pérou ! Enfin, on s’attend à tout. Mais le dernier pays de notre voyage nous ouvre ses portes, et nous on lui tend les bras, on a toujours la patate, alors ¡ Vamos !

La Paz et une bonne rencontre

Samedi 19 juillet 2014, on se réveille donc dans un hôtel tout pourri à Cochabamba. On avait un éventuel couchsurfing ici, mais la connexion internet quasi inexistante de Samaipata ne nous a pas permis de le prévenir. On décide donc de partir au plus vite pour La Paz, siège du gouvernement de la Bolivie.

On trouve le terminal de bus, prend nos billets, et on retourne dans le centre ville avec nos gros sacs pour retirer au guichet d’une banque, de peur de revivre notre mésaventure de Sucre. On fera 4 banques mais aucune ne peut satisfaire notre besoin ! Bref, on refile au terminal et on embarque dans un merveilleux bus, oui merveilleux, les mêmes qu’en Argentine et au Chili, confortables et spacieux. D’ailleurs on peine à le trouver car dessus c’est marqué “Bariloche” (une ville que nous avions traversée en Argentine), heureusement un papier scotché sur la vitre indique “La Paz, 14h”. Bilan : les seuls bus potables de Bolivie c’est ceux qu’ils piquent aux argentins, et encore ils savent pas bien s’en servir : ils mettent la clim froide au lieu du chauffage, ne savent pas allumer les lumières “douces” de l’étage et la télé servira de cadre.
Durant le voyage le bus prend des boliviens qui s’assoiront sur les marches par-ci par-là dans le bus. Je vais subir durant une longue heure le type de bolivienne qui nous avait marqué à notre arrivée en Bolivie : elle pue et tente de se coller à moi. Le trajet passe, la nuit tombe, on est de plus en plus crevé, mais bon, faut juste tenir jusqu’à 22h, heure d’arrivée à notre destination. 00h30, le bus arrive à La Paz. Ah ces horaires boliviens !

On se fait accoster direct par un taxi, qui nous trouvera en deux temps trois mouvements un hôtel bon marché. Les courses de taxi ne sont pas chers ici, 15 bolivianos, soit 1,5€. Le chauffeur super avenant se renseigne auprès de l’hôtel devant lequel nous sommes, et nous confirme qu’il y a le minimum qu’on voulait : eau chaude et chauffage. Il repart, on pose nos affaires et règle la paperasse avec le réceptionniste, bizarrement long à vérifier la chambre, nous demander de patienter ; on se dit qu’il doit la nettoyer c’est pas possible ! Et ben pas du tout. D’ailleurs y’a pas de chauffage, et “l’eau chaude” est moins que tiède, Manon criera pendant 5 min pour résister à la torture qu’elle s’inflige. Il est 2h du mat quand on se couche, on est HS et gelé, la chambre est pourrie, la salle de bain est inondée d’eau car ça fuit… Deux hôtels de suite pourris : ça commence à nous dégoûter un peu, on ne restera clairement pas dans cet hôtel durant notre séjour à La Paz. On n’a pas mangé depuis un bon moment, et à cette heure tardive on ne trouvera que des hots dogs à 40 centimes l’un.

Cette photo ne nécessite pas de commentaire particulier en dehors de celui-ci

Cette photo ne nécessite pas de commentaire particulier en dehors de celui-ci

Dimanche 20 juillet lors de mon réveil je me rappelle qu’on doit payer l’hôtel, mais déjà retirer de l’argent car il nous reste pile poil 70 bolivianos, ce qui est peu. Et puis en regardant sur Internet  où nous pouvons retirer en guichet, cherchant les banques les plus proches de nous, je vois les horaires d’ouvertures et forcément : “lundi – samedi”, punaise on est Dimanche ! Bref, au pire on tentera un distributeur et on serrera les fesses en espérant que les billets sortent cette fois !

On descend à l’accueil, personne, porte de la réception verrouillée, un gars à l’entrée de l’hôtel met son petit stand de bouffe, bref. On réfléchit 2 secondes, je pose les clés de la chambre pourrie devant la réception, et on sort, tranquillement… et en serrant un peu les fesses (!) quand même !

On vagabonde alors dans les rues, le ventre vide à la recherche d’une auberge ou un hôtel. Au passage on pioche des infos, une carte de la ville, et des lieux d’auberges potentiellement intéressantes. Mais aucun n’a de place. Après 1h de marche, Manon souffre beaucoup de l’altitude, la Paz est à 3600m tout de même, c’est la plus haute capitale au monde, et qui dit capitale, dit pollution malheureusement, ce qui n’aide pas à respirer. HS, elle se pose devant l’ultime auberge complète, et je pars seul dans les environs. Après 15 minutes je rentre broucouille (bredouille pour les incultes 😉 ), rien de dispo, Manon toujours HS. Je la motive pour aller 400m plus loin, il y a une longue pente à monter, mais il y a pleins d’auberges dans le secteur. Alors qu’on monte cette pente, difficilement, j’entends à ma droite : “Vous aussi vous cherchez un hôtel ?”. Des français.

Halim nous accoste, suivi de sa copine Marion. Ils sont partis il y a un mois et demi de la France pour un tour du monde de 1 an, et là, maintenant, tout de suite, ils sont dans la même galère que nous. On fait connaissance, longuement, puis on se pose devant un hôtel. Le gérant semble être parti manger, au bout de 15 minutes toujours personne. Avec Halim on laisse les filles se reposer et garder nos sacs pendant qu’on fait le tour de toutes les maisons d’hôtes, auberges et hôtels du coin. 20 minutes plus tard on revient, sans grand chose de glorieux, le gérant de l’hôtel où nous avions laissé les filles revient également. Finalement on reste tous les 4 dans ce premier hôtel.

Petite pause physique dans la chambre, mais on a la dalle, alors on se motive, et tous les 4 on décide de manger un bout. On fait encore un peu plus connaissance, et après ces 2 semaines en Bolivie, et bien ça fait plaisir de pouvoir partager nos anecdotes, malheurs et bonheurs ! Et visiblement, même si ils ne sont que depuis 3 jours en Bolivie (ils viennent du Pérou et font le trajet contraire de nous), les boliviens ne les enchantent pas vraiment, il les trouvent assez menteurs d’ailleurs. On en profite pour s’échanger nos adresses pour garder contact, puis chaque couple part faire sa petite visite de la ville.

On passe dans le centre animé de la ville, de belles églises, des rues pourries, des marchés, tout est assez typique de ce que l’on voit dans les villes Boliviennes. En dehors de la pollution, la ville est agréable, bien que parfois les rues soient en pentes assez hardues, mais bon, on marche calmement, on a notre temps ! Les rues prolifèrent de stands, comme bien souvent en Bolivie, ce genre de stands où ils vendent généralement des gâteaux, boissons, mais parfois aussi pâtisseries, glaces, bref, il y a des stands pour tout, mais souvent pour la même chose, la diversité n’est pas leur fort ici. -Alors que je relis ce texte j’ai l’impression d’être un peu dur en parlant de la Bolivie, mais pourtant, j’essaie d’être le plus honnête et objectif possible, mais c’est sûrement plus difficile qu’il n’y paraît !- Le soir commence à tomber et nous regagnons l’hôtel. On ne veut pas retirer en guichet automatique et préférons attendre demain pour aller dans un vrai guichet. Du coup, pour manger ce soir il nous reste exactement 2€. Manon est assez perplexe, mais le croirez-vous, en achetant à l’un des stands pain et jambon, on s’en sortira pour 1€ ! Comme quoi on peut manger pour des prix ridiculement bas si on veut. Et hop, le dernier euro passera en biscuits.

Admirant les maisons grimpant sur la colline

Admirant les maisons grimpant sur la colline

Alors que l’on se couche, on entend la sonnette de l’hôtel à plusieurs reprises. Je lance à Manon : “T’inquiète ma puce, si c’est un gars bloqué dehors alors qu’il est de l’hôtel, il laissera son doigt longtemps !”. 20 minutes plus tard : “DRIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIING”. Apparemment personne à la réception de l’hôtel, le gars s’est barré.
On descends avec la lampe torche car il est 1h du matin et l’hôtel est plongé dans la pénombre. On ouvre prudemment, armé de la lampe. Un jeune apparaît, frigorifié sous son poncho, nous dit qu’il est parti chercher du beurre et que depuis 1h il attend, personne ne lui ouvre. Ben rentre mon gars ! Bref, on a fait notre BA, ça aurait pu nous arriver aussi, on n’a jamais été prévenu qu’il y avait une heure limite à laquelle il n’y avait plus de réception.

Le lundi on est au taquet, mission banque ! SUCCÈS TOTAL ! On y a passé une heure, mais on a pris assez pour ne pas avoir à retirer à nouveau en Bolivie. La suite de la journée, on continue notre balade en ville : 2 miradors au programme. Le premier est facile d’accès. Petite anecdote, en sortant du “parc pour enfant mirador”, on voit un marchant de glace :
– On voudrait deux glaces à l’eau à la fraise.
– Ok, une seule ?
– Non deux.
Il fouille.
– Vous en voulez à la canelle ?
– Non, à la fraise.
– Une seule ?
– Non deux !
Il nous sort les glaces, on paye, on les ouvre : elles sont à l’orange.
Le second mirador nous épuise complètement car beaucoup plus haut, mais la vue sur la ville et les environs vaut vraiment le coup d’y aller !

Le soir on se dit qu’on pourrait se faire un truc avec les 2 français, manque de bol, le matin Marion a mangé une pâtisserie auprès d’un stand de rue -ces trucs qui stagnent au soleil toute la journée, et dont les produits restent probablement d’un jour à l’autre- et elle revient tout juste de 4h à l’hôpital : tourista, perfusion. Elle a une petite mine et se repose donc. Je compatis en me rappelant de moi il y a 2 semaines…

Le lendemain, on est le mardi 22 juillet 2014, et en début d’après-midi on file au terminal de bus. On prend un petit en cas, mais les assiettes ne sont pas fameuses, et on en laisse pas mal -vous vous demandez pourquoi je parle de ça hein ? Ça arrive !-. En parallèle une SDF nous demande des sous, comme d’habitude, hop je sors des bonbons, elle a l’air d’avoir des dents, donc ça va -au pire elle a sûrement des petits enfants-. Et chose à laquelle on n’avait bêtement pas pensé, mais elle si : nos assiettes ! -on y vient !-. Hop, elle sort un petit sac et récupère tout, à la main, comme au bâillon du limousin ! On préfère que ça finisse comme ça. En sortant du fast-food (on devrait plutôt appeler ça des slow-food d’ailleurs), des gamins nous abordent, hop, encore des bonbons. J’en lâche tous les jours ! Souvent à des enfants, du coup en rentrant en France je pense me reconvertir en tant que dealer à la sortie des collèges. A étudier. Bref, on monte dans le bus, direction Copacabana sur le lac Titicaca (et non au Brésil hein !), à la frontière avec le Pérou.

La mauvaise foi des Boliviens pour atteindre Samaipata

Les 24 prochaines heures vont être remplies d’aventures, mais le genre que vous ne voulez pas vivre.

On est donc toujours à Sucre, le mardi 15 juillet, milieu d’après-midi. Un tour chez le coupe-tiff, et on demande à l’auberge de nous prendre un taxi. Il est censé arriver à 16h15. 16h25 personne, tchao l’auberge, on va se démerder ! On charge les sacs et fonce à 2 pâtés de maisons prendre un petit bus de ville.
Arrivé au terminal, les billets en poche, le gars nous dit que dans 2 minutes il nous emmène jusqu’au bus, soudain, plus de gars. Le mec est parti en trombe sans nous prévenir. Course dans le terminal pour trouver le bus, un gars ne veut pas me laisser passer sur le quai car on n’a pas payé la taxe du terminal. La file est hyper rapide -heureusement- je file un bonbon à la SDF sans dent devant le guichet, et après avoir couru sur la moitié du quai je trouve enfin ce bus. Au moment de charger nos bagages, on dit bien au chauffeur qu’on descend à Samaipata.
“Ok, alors vos bagages ici”, cool, une place spéciale, avec le mode poussière visiblement.
Samaipata est un arrêt 3h avant le terminus : Santa Cruz de la Sierra. Le vendeur du guichet de la compagnie de bus le dit également au chauffeur. Les 2 chauffeurs sont au courant. Et y’a intérêt car l’arrêt se fera entre 2 et 5h du matin, et les gars de l’auberge nous avaient prévenus que parfois les chauffeurs oubliaient de s’arrêter ! À 17h le bus décolle, pile poil à l’heure.

Les paysages sont beaux, la lune orangée est énorme, magique, les étoiles éparpillées dans le ciel sont magnifiques, le trajet de bus se déroule plus ou moins tranquillement car la Bolivie, ça tourne ! Toutes les routes sont à flancs de montagne, les lignes droites n’existent pas. Au bout de 2 heures de bus, ce sont les routes bitumées qui n’existent plus, que de la terre, un brouhaha d’enfer, le pied pour se reposer. À l’arrêt “bouffe” -qui nous est inutile car on avait prévu des sandwichs, marre de se faire avoir sur le “si si, on s’arrêtera” et puis finalement non, bref, à l’arrêt bouffe, Manon demande à l’un des chauffeurs si il sait vers quelle heure on arrivera à Samaipata :
– “Non, je peux pas dire”
– “Non ? mais genre aucune approximation ?”
Bref, visiblement on le fait chier puisqu’on a l’impression de parler à un mur qui détourne le regard. Hallucinant. Le bus repart. On tente de dormir, se reposer jusqu’à minuit, 1h du mat’, pour ensuite être vigilant. Arrive alors des arrêts, le gars allume les lumières et annonce l’arrêt. Ça va le faire ! Par moment des gens descendent. Par moment on fait des pauses, notamment une “toilette”, dans un champ, tout le monde cul nu. Normal ici. Encore plus normal de voir les gens qui partent avec leur rouleau PQ dans les champs pendant 10 min et revenir les mains vides. On comprendra que l’écologie c’est pas leur truc ici. A l’arrêt bouffe les gens achetaient des gâteaux, et jetaient les papiers sur la route. C’est normal en Bolivie. Pauvre nature. Ça me fait également penser lorsqu’on a quitté Sucre aux nombreuses collines desquelles il y a visiblement très régulièrement des lâchers de contenu de bennes à ordures. Malheureux.

1h, 2h, 3h, 5h, 5h30. toujours pas d’arrêt. Dehors je crois voir un nom de ville “Mairana” ou un truc du genre. Je vais voir le chauffeur, il ne m’entend pas derrière sa vitre. Manon y va et arrive à se faire entendre. Je la vois parler un peu et rentrer subitement dans la cabine, putain ça pue : je fonce la rejoindre. Les gars disent que le bled est passé depuis 2h.

Je vous laisse imaginer l’état dans lequel on se met dans ce genre de situation. On s’énerve, vraiment. Et les mots en espagnol sortent très bien cette fois :
– “On avait réservé un hôtel, c’est vous qui allez le payer ? Faites demi tour !”
– “C’est trop loin”, lance l’un des chauffeur avec un air négligeant, genre tête à clac, que vous avez vraiment envie de faire claquer sur le volant.
Il enchaine :
– “Une fille est descendue à Samaipata en plus”
– “Ah ouais et pourquoi vous avez pas fait d’annonce et allumé les lumières comme pour les autres arrêts hein ?” lui rétorquais-je. Bien entendu je vous fais grâce des noms d’oiseaux français qui se sont envolés dans tous ces échanges.
Ils font ensuite mine de ne pas comprendre ce qu’on dit, de nous ignorer. Mais c’est ne pas nous connaître. On décide de rester planté dans la cabine pour leur mettre une certaine pression psychologique, malgré les sollicitations de l’un des chauffeurs pour qu’on aille se rasseoir. En même temps des sollicitations où le gars continue de regarder soit ses pieds soit la route… Hein, vous savez ce qu’on en pense. Les gars font donc mine de nous ignorer. Le soleil se lève.
“Et c’est vous qui allez payer l’hôtel à Santa Cruz ?”
– “J’ai pas de sous” mime l’un deux, le plus gros, le seul des 2 qui ose nous répondre, en regardant la route toujours, faut pas déconner non plus.
Manon demande combien de temps avant d’arriver à Santa Cruz. 2h. QUOI ? Ça fait 1h qu’on est planté à côté d’eux ! La ville était à 3h de Santa Cruz. C’est quoi ce bordel ! Ils font encore mine de ne pas comprendre.

Ceci est un bolivien de mauvaise foi au regard fuyant.

Ceci est un bolivien de mauvaise foi au regard fuyant. Ce type d’énergumène semble être capable de se reproduire malheureusement.

Je sais pas ce que vous en pensez, mais à ce stade de l’aventure, ça pue quand même pas mal cette journée non ? Alors soyez rassuré, c’est presque fini…. Enfin, j’aimerais pouvoir dire ça, mais pas du tout.

Vers 8h30 le bus arrive à Santa Cruz. Entre temps le bus à fait des arrêts, et ils ont bien ANNONCÉ à tous les passagers les arrêts. Le bus accroche une voiture dans un rond point. LoL.
Ça fait perdre 10 minutes, et nous permet d’exprimer avec plusieurs passagers notre soucis, ils sont sur le cul. Arrivé au terminal on descend pour récupérer nos bagages… On ne les trouve pas ! Puis je les discerne, cachés et isolés des autres, et surtout DEGUELASSES !
On suit les 2 chauffeurs, on remonte dans le bus en disant qu’on veut être remboursé car on n’a jamais voulu être là, c’est pas notre destination, et c’est leur faute. Ce dernier point sera mon fil directeur à partir de maintenant.
Le gros évite la question et me demande de me pousser car à cause de mon gros sac il ne voit pas le rétro droit. Et ben tant mieux. Je suis collé ! Il semble abandonner, descend du bus et laisse son autre pote prendre le volant. On lui redit la même chose. Mais voyant qu’il commence à limite sortir du terminal, j’envisage les choses autrement : qui et où peut-on se faire rembourser, le bureau de ta compagnie est là bas ? Ok, et ton nom ? Carlos, ok. On descend et rejoint le terminal en direction du bureau de l’agence. En plein milieu de la rue que voit-on, le gros qui revient. BLOCAGE !

Je lui lance “Allez viens, tu vas assumer tes erreurs et on va aller ensemble au bureau de ta boîte pour se faire rembourser. Tu t’appelles comment ?”
– “José”, semble t-il bafouiller
– “Et ton pote ?”
– “Jésus”
– “Oui bien sûr, c’est marrant il a pas dit pareil.”
Il commence à vouloir continuer d’avancer, prétextant qu’il doit y aller, qu’on l’attend, Manon lui prend le bras. Il se débat et continue, je me mets sur son trajet et le bloque délicatement, tout se fait en douceur pour le retenir. On est au beau milieu du parking du terminal, et notre manège ne passe pas inaperçu, 2 hommes approchent. L’un fait parti d’une sorte de “atención de los turístos”, et en comprenant la situation il dit clairement au gros : “Ce sont des touristes, il faut en prendre soin, vous agissez mal”. L’autre est un policier. On leur explique la situation, le gros s’empresse de se défendre : “ils dormaient quand on a signalé l’arrêt”. Ben voyons mon con ! Bref, au final, sous la pression de tout ce monde, le gros lâchera 70 bolivianos, somme apparemment nécessaire pour que l’on retourne à Samaipata.
Le gars de la défense des touristes nous conduira à un taxi qu’il paiera pour nous emmener à un endroit pour prendre un bus rapidement. Oui, “rapidement” car sinon les prochains bus pour Samaipata sont à 17h. On n’est pas mécontent de quitter le gros, quoiqu’on aurait bien voulu exposer ses torts devant son boss.

Ouf, à ce stade on a tout de même la présence d’esprit de se rendre compte qu’on est tombé sur 2 boliviens sympas. C’est pas de trop !

Le taxi nous trouve au second essai une sorte d’agence dont la navette part dès qu’elle est complète. On attendra seulement 45 minutes, le temps de se rafraîchir, et on décolle vers 11h pour Samaipata dans le combi. Tout cela nous coûtera 70 bolivianos, pile poil, et encore heureux.

2h plus tard, on arrive, le taxi collectif nous dépose, ouf, nous voilà enfin où on aurait dû être cette nuit ! Hey mais attends, Manon, mon blouson ! Putain il est resté dans le coffre du taxi. Et oui, faute de la fatigue, manque d’attention, le gars gentiment nous a déposé nos sacs, et j’ai complètement zappé que mon blouson était dans son coffre.

En 1 minute de temps c’est la panique, mais un taxi passe et on lui lance le fameux “il faut suivre cette voiture” ouais, sauf qu’on la voit déjà plus ! Bref, 20 minutes pour atteindre la ville suivante, qui s’appelle, tadaaaaaaaaaa : Mairana (ça vous rappelle quelque chose non ?). Le gars conduit bien et vite, en arrivant sur la ville, on voit la voiture de devant tourner à gauche, c’est notre ancien taxi. Shlac, il se gare à côté. Je récupère mon blouson, ouf. La journée est sympa non ? Ah j’ai oublié de préciser quelque chose de capital. Depuis ce matin, 8h on crève de chaud. Les -15°C des Geysers del Tatio, ou les 2°C d’Uyuni sont loin, là on est en T-shirt : 25°C au soleil, minimum.

Si vous avez bien suivi, vous avez remarqué que la ville que j’avais aperçue avant qu’on aille demander au chauffeur était Mairena. Et bien il venait probablement de la passer depuis à peine 30 minutes, donc on venait tout juste de dépasser Samaipata, cela ne faisait pas 2h comme il l’avait dit ! Cette mauvaise foi transpirante et leurs airs fuyants nous ont vraiment dégoûtés des boliviens, bien que certains tentent de rattraper le coup. On sait qu’il ne faut pas faire de quelques cas une généralité, mais on accumule une quantité assez impressionnante de galères depuis notre arrivée dans ce pays. Au final on aura fait le trajet Sucre – Samaipata en 17h et beaucoup de stress au lieu de 10h. Next.

La blancheur de Sucre garde nos billets

Le vendredi 11 juillet 2014 le bus nous dépose -en avance, si si- au terminal de la ville de Sucre. C’est important de préciser “la ville de” Sucre, sinon vous n’allez rien comprendre à ce que j’écris. Bref, on avait pas mal entendu parler de cette belle ville, pourtant malgré avoir traversé la ville pour atteindre le terminal, ça paraissait relativement moche, mais ne nous arrêtons pas sur la première impression, on a déjà été étonné !

On trouve rapidement un taxi qui, pour 1€, nous dépose à l’auberge conseillée par la précédente auberge -on aime bien se faire conseiller, ça porte ses fruits pour le moment-.
– “y’a le chauffage ?”
– ” non, mais vous aurez pas froid”

Arf, on s’est fait enfler ! On se barre ? Allez testons ! Et effectivement, dans le Sucre il ne fait pas si froid, avec une couverture ! L’auberge est remplie de français. Jusqu’à présent dans chaque endroit où on dort on en croise, un envahissement ! Ah mais c’est les grandes vacances c’est vrai… Ça doit pas aider !

Bon et sinon, y’a quoi à faire ici ? On passe notre samedi à visiter la ville, grande nouvelle, le Sucre, c’est blanc.
– “Ouais Kévin mais en fait le sucre à la base c’est roux et il faut le purif…”
– “BLA BLA BLA !”
La ville a de beaux monuments de l’époque coloniale qui sont très blancs. Vu la fumée noire dégagée par les bus de ville à chaque démarrage, on comprend pas trop comment ils peuvent rester aussi blanc d’ailleurs. À sucre on ne trouvera pas d’office du tourisme, entre ceux indiqués qui sont fermés, et ceux qui n’existent simplement plus, heureusement l’auberge sera de bon conseil. On repère une petite expédition pour notamment voir les plus grandes traces de dinosaures de la planète. Ça paraît cool, mais le dimanche ils ne la font pas car l’excursion inclue un passage vers une cascade, or le week end, je cite “c’est dangereux car les gens qui y vont boivent” et visiblement pas l’eau de la cascade. Bref, on est censé repartir le dimanche, donc on abandonne l’idée.

Ma blancheur histoire de me camoufler. Le sac rouge me perdra...

Ma blancheur histoire de me camoufler. Le sac rouge me perdra…

On se dirige vers un distributeur de billets, ceux de la banque nationale de la Bolivie. Vous vous dites que si je donne autant de détails c’est que ça sent pas bon. Et en effet. On entend les billets s’agiter. Un gamin rentre avec une glace dans la cabine *coup de pied au cul*.
“Vous pouvez retirer votre carte et prendre les billets et le reçu”. Je prends la carte.
Euh Manon, tu vois les billets ? Ils sont transparents ? Et le reçu ?
“Merci de votre visite.”

PUTAIIIIIIIIIIIIIIIN !

On sort, le gars juste après nous subit le même problème, mais a un reçu qui confirme que son compte à bien été débité malgré l’absence de billets. Le gars appelle le numéro d’urgence sur la cabine, ces derniers lui disent d’aller en agence lundi pour régler ça.

Ouais mais nous on voulait partir demain (dimanche) ! Or on ne peut plus retirer en banque, on a testé et on a atteint notre limite hebdomadaire et quotidienne. PUT@!N !

La soirée on fera des pieds est des mains pour avoir plus d’infos mais on devra se résoudre à patienter jusqu’à lundi !

Le dimanche on glande. Enfin, j’exagère, on décharge nos appareils de photos et vidéos, et vu la connexion ici, c’est long. En parallèle, on assistera à la finale de foot, et oui, nous c’était l’après midi 😉 Étonnant pour des non footeux comme nous : on aura vu par pure coïncidence le premier et dernier match de ces comédiens.

Lundi, au taquet, on attaque la banque. On est des acharnés croyez moi. Nous occuperons l’hôtesse d’accueil pendant plus de 30 minutes. Elle veut des preuves du débit, et quand bien même nous explique qu’il faut aller voir ATC, ceux qui gère les automates, et que notre banque parle avec eux. MAIS PUTAIN C’EST VOTRE AUTOMATE À VOUS QUI GARDE NOTRE TUNE EN OTAGE ! Bref, elle veut des preuves, on repart, le temps de choper un wifi, charger le relevé de compte, et hop, on repart à l’attaque. “Et ça, ça le fait ? Numéro de transaction, numéro de carte de crédit, montant en bolivianos et en euros de l’argent tant désiré”. Bon, dépassée, elle va voir sa supérieure, celle-ci nous explique un peu la même chose, mais nous dit qu’un tel problème se passe régulièrement ( LOL ?) et qu’il se règle en environ 30 jours… minimum (RE-LOL ?). Manon tente la carte du “On est bloqué ici, on a plus de tune, on doit payer l’hôtel qui n’accepte pas les CB etc..”. De mon côté je suis plus insistant sur le “Vous reconnaissez que c’est un problème régulier, on a les preuves du compte débité, vous savez que l’automate, ou plutôt la BOLIVIE à un soucis, et vous pouvez pas nous aider là maintenant ?”. Entre temps, le gars ayant eu le même soucis juste après nous au distributeur passe, et pour lui forcément, bolivien et de cette banque, ça se règle en 2 temps 3 mouvements.

Bref, on retire au guichet les derniers bolivianos que l’on peut tirer, puis on fonce juste en face au fameux ATC, ceux qui gèrent les distributeurs.
5 minutes pour trouver cette enseigne, dissimulée dans une ruelle. C’est vicieux. On frappe, ça répond pas. Je m’impatiente et frappe encore et encore. J’entends quelqu’un derrière la porte. Ça m’énerve, mais c’est peut être la pause déjeuner vu qu’il est 13h50, ils peuvent pas le dire ? Bon, on va faire preuve de patience et aller manger également. On revient à 14h45, frappe, porte fermée, mais j’entends toujours quelqu’un derrière. Je peux vous dire qu’à ce moment on a sérieusement envie de défoncer la porte. “HOLAAAAA, POR FAVOR !” Non ? Tu m’entends pas ?  Dix secondes pour se ressourcer, et je bombarde la porte, BOM BOM BOM BOM BOM BOM BOM BOM. Clic. ENFIN !
La femme nous annonce qu’elle n’ouvre qu’à 15h et que [blablabla] et demande quel est notre problème. Elle nous fait entrer car nous voit bien assez insistants et paniqués, bien que paradoxalement la voix posée et calme. N’allez pas vous imaginer que durant nos insistances ont était énervé, on est toujours resté très courtois et calme, il paraît que c’est mieux pour être écouté, et de toute façon si on s’énerve on n’arrive plus à parler espagnol !

Si seulement trop de câbles pouvait tuer les câbles...

Si seulement trop de câbles pouvait tuer les câbles…

Bref, la femme prend notre CB, appelle un de ses collègues qui lui confirme que point d’argent ne fut délivré, et que tous les retraits ont été rejetés. Mais alors pourquoi notre compte fut débité ? La femme nous explique que c’est dû aux problèmes de connexions en Bolivie (suffit de voir la lenteur d’Internet pour comprendre). Inimaginable qu’une telle erreur puisse se produire. Au pire dans l’autre sens : on a de l’argent mais le compte n’est pas débité ! On peut rêver non ?

On ressort à moitié soulagé, j’envoie un message à notre banque pour régler ça au plus vite (on y croit en tout cas). Le problème majeur ici, c’est que ce retrait tape dans notre limite hebdomadaire sans qu’on ait pu avoir l’argent. Et ça, ça va nous suivre pour la suite de la Bolivie.

Il est 15h et on a remarqué entre temps que le site archéologique Carl Orcko -les empruntes de dinosaures- était à 5km du centre. Inutile de prendre une excursion pour ça, on prend un bus de ville et on s’y rend. Au début ça nous impressionne un peu, on commence à être émerveillé, et puis en fait c’est déjà la fin. Le parc est très petit, ce qui engendre une grosse déception, et les empruntes sont lointaines, sur un mur vertical situé à 150m. Donc obligé de regarder avec des jumelles, et encore, on ne se rend plus compte de la véritable taille ! Bref, moi qui suis un peu fanatique de ce genre de parc et lieu, je suis déçu. Manon qui n’était pas très chaude pour y aller s’attendait à un truc moyen, mais sans plus : elle est encore plus déçue ! Au moins on n’aura pas de regret, on l’a vu de nos yeux.

Il faut savoir qu’il y a dans la ville de Sucre énormément de SDF qui mendient. Ceci pourrait être triste, et ça l’est en réalité, mais la première fois qu’on a croisé une femme assise on a explosé de rire, intérieurement. Pourquoi ? Parce qu’elle ne nous a pas interpellés genre “une petite pièce svp” mais plutôt “aaaaaaaeuuuuuuuuaaaaaaaa”. Véridique. Ici, ils se font passer pour des gros bébés. Après, ils parlaient peut être une langue obscure (le bébé ?) d’où notre incompréhension. Tous les SDF -ou presque- qu’on croisera ici feront de même.
Ça nous fait sur le fond toujours de la peine de voir des SDF, alors le dernier jour ici, j’ai l’idée de leur donner des bonbons. J’en mets dans la poche, et à chaque fois que je croise un SDF qui quémande, hop, un bonbon. Jusqu’au moment où j’aperçois une femme qui n’a pas de dents. Euh… Bon… Ça ferait vraiment gros con de lui filer un bonbon -type RÉGALAD- à mâcher, non ? Dorénavant je vérifierai si ils en ont !

La devise bolivienne, digne des 3 mousquetaires

La devise bolivienne, digne des 3 mousquetaires

Revenons sur ce dernier jour à Sucre. Nous sommes le mardi 15 juillet 2014 et nous allons commencer cette journée avec un événement de plus en plus récurrent ici, les gens qui font semblant de ne pas nous comprendre.
Au petit déjeuner, la serveuse apporte des crêpes avec du Dulce de Leche dessus, sauf qu’elles sont à base de banane, ce que Manon n’aime pas. Elle demande donc à en avoir sans banane.
– “Pas de soucis, si vous voulez je vous en apporte avec des pommes”
– “Parfait merci !”, s’enthousiasme mon amoureuse.
Elle revient 5 minutes plus tard avec une crêpe à la banane sans Dulce de Leche. Manon lâche prise. La femme avait très bien compris que le problème c’était la banane. Ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, où ce n’est clairement pas une faute d’attention, et pas une incompréhension, je vous l’assure.

La suite de la matinée on va voir notre opérateur local, car la sim qu’on a acheté ne fonctionne toujours pas. L’opératrice pense d’abord que c’est la faute au téléphone qui n’est pas enregistré sur leur réseau, elle le fait donc, ça ne change rien. Après 30 minutes on a le verdict : notre téléphone ne supporte pas la carte 4G. C’est balo dit donc. Du coup elle nous en donne une 2G, mais nous dit qu’il faut revenir en fin d’après midi pour l’activer. Pas possible poulette, on part vers 17h de la ville !
– “D’accord, alors je vais vous l’activer dès que possible mais j’ai besoin de vous contacter ensuite pour vérifier qu’elle est bien active, et que votre crédit et numéro est bien transféré sur cette puce, à quelle numéro je peux vous joindre ?”
– “Ben si vous transférez tout sur la nouvelle puce, quand vous allez appeler ça va fonctionner non ?”
– “Ah oui, que je suis sotte”

Bref, j’écris ces lignes 48h plus tard et rien ne fonctionne. Jamais vu un tel bordel pour avoir un téléphone. M’enfin bon dans 2 semaines on ne sera plus en Bolivie, ne nous cassons pas -plus- la tête !

La suite va être une course à la montre, et ça arrive très vite ! 😉

San Pedro de Atacama, une perle au bord du désert

En ce Samedi 28 juin 2014, on descend du bus avec un mal de tête assez puissant à cause de l’altitude. La maman française nous trouve un taxi qu’elle connaît afin que l’on rejoigne facilement  l’auberge qui nous avait été conseillé par Andres (cf. l’article sur Santiago du Chili).

Nos premières visions de San Pedro sont assez magiques car au loin -mais pas tant que ça- la ville est surplombée du volcan Licancabur (cf. la photo plus haut). La ville, perchée à 2430m, est minuscule -on pourrait parler de village- mais pourtant très animée, en fait nous sommes un weekend-end de fête religieuse. Les maisons sont basses, aucun étage nulle part à priori, les rues sont vraiment atypiques, il fait toujours beau, bref, en court : il y fait bon vivre ! San Pedro est paumée au milieu du désert de l’Atacama : le plus vieux et aride sur notre terre, et c’est pas les 3cm annuel de pluie qui y changeront grand chose ! On repartira dans 4 jours d’ici.

spa ville

Une rue typique de San Pedro de Atacama

La première soirée, ce sera du repérage rapide, et du repos, idem pour le dimanche. Faut bien s’acclimater à l’altitude quoi. L’auberge où nous nous trouvons a un côté sympa et en même temps pas sympa, genre règles à la con, je développe.
Interdiction de laver son linge à la main, il faut obligatoirement utiliser leur service de lingerie, facturée 1,5€ le kilo, utilisation d’un kilo minimum. Si on est pris en flague, amende (et non amande, ce qui serait tout de même plus sympa) de 10€ (ce qui serait cher pour une amande, sauf si elle était énorme). Mouais, ben si ils veulent leur kilo de fringues je vais devoir me balader tout nu ! Du coup on outrepassera les règles, et avec succès.
Il y a aussi eu ceux qui font les lits, qui décidèrent de rentrer dans la chambre pour faire les 2 autres de la chambre alors qu’on somnolait, ils n’avaient clairement rien à foutre ici. Et également un matin le gars qui ouvre la porte de chambre avec un double à 10h15 en nous rappelant que le check-out est à 10h30 : “mais on part demain… Espèce de branguignole” ! Paye ton intimité tiens. Bref, une équipe un peu, voire beaucoup, voire totalement à côté de la plaque.
Dans les trucs pas cool y’a aussi le fait que tous les voyageurs qui passeront ici parleront strictement anglais, seront froids, et ne diront pas bonjour, voilà l’ambiance de merde ! Heureusement, les 2 premiers jours dans notre chambre on avait un état-unien et un français supers sympas, Charly et Paul. Paul, si tu me lis, manifeste toi 🙂
On prendra d’ailleurs quelques infos à Paul sur les activités du coin, notamment faire du vélo dans la “Valle de la muerte”, autrement dit en français : la “Vallée de la mort”, pour ceux qui ne sont vraiment pas perspicaces. Plus tard on visitera également la Valle de la Luna, je laisse votre perspicacité opérer cette fois.

Cherchez Charly !

Cherchez Charly !

Dans les choses positives sur l’auberge, y’a notamment le fait de pouvoir réserver les excursions directement via la réception, un bus se charge ensuite de passer nous prendre à l’heure indiquée. Et venons-y à “l’heure indiquée”.

Le lundi 30, on est devant la porte de l’hôtel à 4h00 du matin pétante. Oui vous avez bien lu, 4h du MATIN ! -je pense à ceux qui nous connaissent bien et savent que c’est plutôt les heures auxquelles on vient de se coucher !- Inutile de vous dire qu’on est frais comme des gardons. Mais j’oublie le principal : on n’est pas ici pour le plaisir, quoique la voie lactée est en partie visible parmi cette farandole d’étoiles, ce qui est tout simplement sublime. Un bus doit passer nous prendre pour aller voir des Geysers. On s’alterne à faire le gaie pendant que l’autre est au chaud, on est efficace pour éviter de se geler. Oui se “geler”, car on est dans un désert, certes, mais la journée si il fait 20°C, la nuit c’est plutôt du 2°C. D’ailleurs dire 20° la journée est une moyenne, car en réalité on avait très chaud au soleil, et très froid à l’ombre, très grand contraste. L’usage du “très” dans la phrase précédente est très important. Bref, le bus arrive…. à 5h05 ! L’auberge nous avait dit n’importe quoi, le guide nous confirme qu’ils passent toujours vers 4h30/5h. Mouais, ben c’est 5h05 quand même -mode emmerdeur/gelé/fatigué activé-.

Après 2h de route on arrive sur le site des “Geysers del Tatio”, à environ 4300m. On n’en avait jamais vu. C’est magnifique. On voit le soleil se lever tout en marchant entre les geysers et petit déjeunant pour se réchauffer, oui se réchauffer, car là il ne fait pas 2°, mais -10° ! On ne sent plus trop nos pieds, mais c’est pas grave, c’est beau. Du geysers qui est constant, à celui rythmé comme une horloge : chaque minute il expulse pendant 14 secondes. Au tic tac près. J’avais toujours voulu en voir, je suis pas mécontent ! Manon commence à avoir tellement froid qu’elle en devient nauséeuse et fonce dans le bus. Je prends quelques photos, croise un renard, et on file sur un autre site, où une source d’eau chaude attirera des fous qui s’y baigneront en caleçon. Y entrer est facile, mais en sortir… On préfère faire le tour des geysers du coin, c’est beaucoup plus prudent.

Une fabrique à nuage naturelle.

Une fabrique à nuages naturelle.

Sur le chemin du retour on s’arrêtera à plusieurs points intéressants : lac gelé, col à 4700m, nourriture typique… Bref, tout ce qu’on n’a pas pu voir à l’aller vu qu’il faisait, si vous avez bien suivi : nuit ! On somnolera aussi pas mal, les effets de l’altitude me donne une migraine assez forte, pas d’autres moyens que se calmer pour diminuer la pression sanguine, pas le moment de faire le foufou quoi.

Le lendemain le programme est : Vallée de la mort le midi à vélo, et une excursion Vallée de la mort et de la lune en milieu d’après midi. Pour info les 2 se situent dans la Cordillère del Sal, qui porte très bien son nom, vous comprendrez rapidement.

La Valle de la muerte

La Valle de la muerte

Manon n’est pas top côté forme, mais après l’avoir bien motivée -ou “forcée à venir”, c’est selon le point de vue, mais avouez que le premier est quand même plus joyeux- on loue des vélos et on se tape quelques centaines de mètres dans la vallée de la mort – à seulement 4km de San Pedro- c’est beau, la roche est rouge ferreux, parfois recouverte de blanc : du sel. Alors que Manon rebrousse chemin, je continue encore un peu, jusqu’à me retrouver dans une cuvette ensablée, où après 5 minutes de poussette je vois des dunes qui s’étendent devant moi. Deux minutes de réflexion, et je prends mon vélo à 2 mains pour me lancer héroïquement sur le chemin du retour en poussette. Mais déjà, sans vous en rendre compte j’ai évoqué 2 choses importantes à souligner. Premièrement la vallée de la mort ça n’a rien du type “les incas sacrifiaient des vierges et des enfants aux crânes ronds”, c’est une erreur de transcription toute bête. Deuxièmement, toutes les roches ici ne sont pas des roches au sens auquel on l’entend, c’est juste du sable très très très compacté, mais ça, en fait, on ne l’a appris qu’avec notre guide de l’après midi, et on y vient.

Avant de partir pour notre excursion de l’aprèm, on s’enfile quelques sandwichs chez la maman française, qui nous fait cadeau des desserts d’ailleurs. C’est ti pas mignon ? On se régale à manger du pain français ! (Ce qui nous manque affreusement.) Bref, on rejoint le guide de l’aprèm.
On est en petit comité cette fois, l’ambiance sera très chaleureuse, surtout qu’il y a des mexicaines. Ce que je veux dire par là, c’est que quasi tous les mexicains que l’on croise sont très amicaux et avenants. Le guide n’est pas un con du tout, il est également ingénieur (en plus d’être guide hein, et non en plus d’être con, je disais donc, il est ingénieur) dans le domaine de l’environnement, du coup il connaît très bien comment se forme les cordillères, pourquoi le salar est là où il est, etc. Il nous parle également rapidement des tribus indigènes du coin, et la signification de leurs emblèmes carrés, tel que les Whipala. On se balade dans une grotte dans la vallée de la Luna, et c’est là que l’on apprend que les roches n’en sont pas ; d’ailleurs, en les touchant, effectivement tout s’effrite très facilement.

Entrée d'une grotte dans la Valle de la Luna, un homme y a même perdu un bras selon la légende

Entrée d’une grotte dans la Valle de la Luna, un homme y a même perdu un bras selon la légende

C’est également dans la grotte que Manon décide de s’écorcher le dos et moi la tête. Il paraît que ça donne un côté aventureux de revenir avec des cicatrices, donc on teste, vous nous direz à notre retour. Les dépôts de sel de parts et d’autres se voient très bien : les traces blanches donne un côté unique à ce lieu, laissées par le lac lorsqu’il s’est retiré jusqu’au point le plus bas -là où il y a le salar- . Il y en a sûrement d’autres, mais vu que c’est la première fois qu’on en voit, ça reste unique pour nous. Après s’être baladé dans cette vallée, on contemplera le coucher de soleil depuis une vue panoramique depuis la vallée de la muerte, où les couleurs rouges des terres seront encore plus marquées avec le déclin du soleil. Dernière petite explication culturelle sur les apachetas, des petits tas de pierres que l’on a trouvé un peu partout dans le coin. Chaque pierre empilée indique une information pour s’orienter dans le désert, et ce que l’on rencontrera sur le trajet. La première pierre en forme de triangle indique la direction à prendre, la seconde renseigne sur le niveau de difficulté jusqu’à la prochaine apacheta, la troisième s’il y aura de l’eau sur le trajet… Et vous l’aurez compris, plus il y a de pierres, plus il y a d’informations. Ça fait énormément penser aux inukshuks au Canada.

Le lendemain, mercredi 2 juillet, on ira à Calama, point intermédiaire obligatoire pour rejoindre la Bolivie.

On aurait pu rester plus longtemps à San Pedro, soit pour faire du vélo dans les alentours, ou encore visiter d’autres sites. Cependant les points à visiter faisaient un peu doublons avec d’autres déjà vu, ou bien que nous verrons, tel que le gigantesque salar d’Uyuni. En attendant, direction Calama, à seulement 2h de route d’ici ! -durée qui est, il faut l’avouer, ridicule pour nous désormais !-

L’inaccessible Désert de l’Atacama

72h pour faire 1800km, c’est ce qui nous attend. Heureusement, on ne le sait pas encore. Voilà ce qu’on a prévu : faire Córdoba – Salta, puis Salta – San Pedro de Atacama. Tout ça doit prendre 29h, en comptant les 2 heures de correspondance.

Une nouvelle fois on avait des signes avant coureurs dès Córdoba : le bus a plus de 1h de retard au départ. L’organisation est très mauvaise, et ce qui nous fout les boules, c’est qu’on n’a pas pu profiter des délicieuses crêpes toutes justes préparées. Mais bon, on positive, on peut en refaire où on veut 🙂

Le bus arrive à Salta avec 1h50 de retard, soit à 00h50, 10 minutes avant notre correspondance pour San Pedro. Le bus pour San Pedro n’est toujours pas là, il nous reste 20 pesos argentins en poche, ils passeront en bricole. Alors que Manon revient vers moi toute contente d’avoir pu dépenser nos derniers pesos, je lui annonce une mauvaise nouvelle que des anglais viennent de me lancer : notre bus pour San Pedro n’arrivera jamais. La confirmation de cette annonce vient d’un chauffeur d’un autre bus de la même compagnie. Sur le coup des 2h du mat’, ça nous fait froid dans le dos.. Aucune annonce n’est faite, ici, faut aller à la pêche aux infos. Du coup, on dort dans le terminal afin de sauter sur l’ouverture des guichets à 8h. On n’est pas les seul à dormir ici, la température ambiante est de 10°C, on dormira peu, et mal, vous vous en doutez !

on roule à 15km/h, mais vu la route ça nous va !

On roule à 15km/h, mais vu la route ça nous va !

On sera au taquet toute la journée pour savoir quand on peut partir, le problème étant que la frontière Chilio-Argentine est fermée à cause de la neige. Accessoirement y’a aussi le problème qu’on n’a plus de liquide -et dire qu’on était tellement content d’avoir tout dépensé jusqu’au dernier peso !-, heureusement, le seul café-restau du terminal accepte les CB -et elle fonctionne surtout, ô joie-, ça nous permettra de nous nourrir.

On alterne entre prises d’infos et somnolence, car on est littéralement HS. Le froid de la nuit précédente lié à la fatigue nous a épuisé, et le froid de la journée n’y arrange rien ! J’aborde deux françaises que j’entends se poser derrière moi. La mère et la fille, cette dernière étant une vraie pile (Valérie 😉 ). Elles sont bloquées ici depuis 3 jours et doivent retourner au Chili car elles y bossent. Les compagnies de bus refusent d’ailleurs de vendre des billets tant qu’ils n’ont pas de certitude quand à l’ouverture de la frontière. Un vendeur d’une agence comprend notre situation et nous propose de garder gratuitement nos sacs, et nous donne un numéro -réservé aux entreprises- pour appeler la frontière afin de connaître l’état de la neige et donc ouverture éventuelle de la frontière. On ne fera pas appel à ce numéro car les 2 françaises viennent d’avoir la certitude que le bus de 1h du mat’ partira. Il est 17h. Le temps est d’un long quand vous avez froid, seuls les boissons et aliments chauds nous feront planer sur un nuage de chaleur. Manon voit les quarts d’heure défiler. In-ter-mi-nable. Enfin si, ça se termine rassurez-vous. Je redemande une ultime fois sur le coup des 22h si c’est sûr et certain que le bus partira -car on a moyennement envie de se retaper une nuit ici-, “Pas de soucis c’est sûr et certain”.

Minuit trente, au taquet, le bus est là et décolle à 1h, comme prévu -en dehors des 24h en rabe-. On est censé arriver vers 7h à la frontière, et 10h30 à notre destination. A 9h j’ouvre les yeux, le bus est arrêté depuis plus de 3h. C’est beau mais c’est con de ne pas avancer. Les multiples routes sinueuses et gelées de la cordillère feront flancher plusieurs camions qui se mettent en travers de ces routes aux bords abruptes. Le bus redémarre et slalom entre les bus arrêtés, les camions qui patinent et ceux accidentés, tout cela en frôlant les fossés. A ce moment il ne faut SURTOUT PAS regarder par la vitre, on voit juste : le vide. En se penchant au ras de la fenêtre : la roue à 50cm du vide. A côté de moi : Manon me regardant, sans doute voulant immortaliser une potentielle probable ultime vision agréable.

Lonnnnnnngue file de camions suite à un travers de l'un des leurs un peu plus bas

Lonnnnnnngue file de camions suite à un travers de l’un des leurs un peu plus bas

On arrive à la frontière à 15h. Il fait chaud au soleil, genre 18 degrés, mais le vent, lui, tourne plutôt vers les 3°C. Histoire d’augmenter les contrastes, dans le bus c’est une fournaise, 28 minimum, le soleil tape fort. On arrive à la douane argento-chilienne -perchée à environ 3500 mètres quand même-, jamais les gars n’ont tamponnés nos passeports aussi rapidement ! Mais pourquoi donc ? Car c’est la mi temps du match de foot Chili-Brésil ! On remonte dans le bus rapidement et là…. Attente. Je commence à avoir pas mal de douleurs à la tête, l’altitude sûrement.

Après une heure on n’a toujours pas décollé. La pile française, Julie, va à la pêche aux infos : le chauffeur est allé se planquer pour regarder le match de foot ! J’imagine que ça en fait rigoler plus d’un lisant ces lignes, mais entre Julie qui a du boulot urgent pour le lendemain -elle à une boîte de voyage de luxe-, et moi qui commence à avoir des débuts de malaises dû à l’altitude du col où on est : on a bien les boules. Putain de footeux, une vraie religion ici. Julie me donne de la caféine pour me booster, car voir des étoiles blanches partout commence à craindre quand même. Manon et d’autres passagers ont également mal à la tête. Le bus démarre, je suis pas au bout de mes sensations puisqu’on passe par un col à plus de 4000 mètres. Respirer calmement et essayer de dormir en ayant les pieds surélevés seront quasi mes seules préoccupations désormais. Julie donne également un cachet de caféine, son dernier, à Manon qui se sent un peu plus mal : bienvenue dans le monde des nauséeux !

Deux heures après avoir quitté la frontière on arrive enfin à destination. Entre les différences de température, le mal de l’altitude et la fatigue, je ne sais pas trop lequel nous accable le plus, mais dans mon coeur une chose me fait énormément plaisir : on est arrivé dans le désert le plus aride au monde, San Pedro de Atacama.

Salar du Desert de l'Atacama

Salar du Désert de l’Atacama